Aller au contenu principal

Invoquer le droit des Femmes pour stigmatiser les étrangères !

ven 12/01/2007 - 01:00
defaut
Pour ne pas se couper d’une base militante et électorale réactionnaire exigeant un retour à "l’ordre moral", le FN, dans la pure tradition des partis d’extrême-droite, n’hésite pas à pratiquer le mensonge et la manipulation pour camoufler la véritable nature de son projet programmatique. C’est ainsi, par exemple, que "Français d’abord" (quotidien en ligne du FN) apporte son soutien « au refus [de] Madame Truchelut, propriétaire du gîte rural dans la commune de Julienrupt (Vosges) ayant été l’objet d’une plainte pour «« cette femme n’a fait que rappeler qu’il existait un certain nombre de valeurs, auxquelles elle demeurait farouchement attachée, et notamment celle de l’égalité entre les femmes et les hommes. Considérant que le voile dont se couvraient ces femmes était une marque dégradante, elle a simplement refusé de se montrer complice de l’entreprise de domination masculine la plus archaïque que véhicule ce symbole », a estimé l’élu FN. discrimination raciale » après avoir refusé une location à des musulmanes voilées..." le Président du groupe FN au Conseil régional de Lorraine, Thierry Gourlot déclarant : ».

Dans le même acabit, sous le titre : Mondialisation et loi coranique, "Français d’abord" nous informe que la députée européenne FN Lydia Schénardi « a évoqué dans l’hémicycle le rapport de Mme Breyer sur « les perspectives des femmes dans le commerce international ». L’élue FN s’est félicitée des conclusions d’un rapport qui préconise "d’opérer un changement radical des politiques commerciales de l’Union européenne". Mais elle a relevé qu’« il aura fallu un rapport de la commission des droits de la femme pour qu’enfin les droits des femmes mais aussi de tous les travailleurs soient pris en compte dans la mondialisation actuelle voulue et subie par Bruxelles ». Or, poursuit Lydia Schénardi, « c’est presque naïvement que le rapporteur semble découvrir que la pression concurrentielle dans une économie de plus en plus mondialisée conduit à la baisse des salaires, des frais d’exploitation, au chômage, aux délocalisations et aux fermetures d’entreprises. Les chiffres sont en effet très inquiétants : 70% des 1,3 milliards de personnes qui, à l’échelle mondiale, vivent dans la pauvreté sont des femmes ». Très attachée à la défense de la condition féminine, le député européen FN a reconnu également qu’il était « utile de souligner ici que l’inégalité entre les sexes et tout particulièrement en Asie comme en Afrique, où la femme est humiliée, bafouée et considérée comme inférieure à l’homme, engendre évidemment des difficultés dans le domaine économique, commercial, social et politique. Avant toute chose, il est bien évident que c’est le statut même de la femme qu’il faut revoir immédiatement dans tous ces pays où bien souvent c’est la loi coranique qui prévaut. ».

A travers ces deux exemples de positionnement du FN on voit bien où ce parti veut en venir : se dédouaner d’accusation de sexisme en stigmatisant les étrangers. En dénonçant les discriminations et les violences faites aux femmes exclusivement dans les pays d’Afrique et d’Asie, le FN ne trompe personne, l’emballage ‘’défense du droit des femmes’’ est là pour camoufler la divulgation d’amalgame et préjugés racistes contre les populations extra européennes. Plus grave, à travers ces déclarations, le FN prépare l’opinion publique à accepter son programme de préférence nationale dont les femmes immigrées subiront les plus graves conséquences en matière de discriminations cumulées, à la fois raciste et sexiste et les placeraient dans une précarité très importante. Ainsi ce sont bien elles qui seraient les premières victimes de l’interdiction du regroupement familial prévu dans ce programme. De la remise en cause du droit d’asile le droit d’asile limité aux « seules personnes persécutées du fait de leur engagement politique et cela dans la limite d’un quota annuel », les femmes persécutées en raison de leur sexe en seraient évidemment exclues. La politique préférence nationale, inscrite dans le programme du FN, ne fait aucun doute sur la véritable nature du discours pseudo féministe du FN : la mise en place de ce système discriminant xénophobe et raciste signifierait pour les femmes sans-papiers le retour vers un pays qu’elles ont souvent fui en raison des menaces et de persécutions sexistes, de viols et de violences sexuelles, d’atteinte à leur corps, à leur liberté et à leur dignité ; pour les demandeuses d’asiles, ce serait encore plus de difficultés à faire reconnaître les persécutions spécifiques qu’elles subissent en tant que femmes ; pour les immigrées, ce serait une précarisation encore plus grande en matière d’emploi et de logement ; pour toutes, ce serait le durcissement d’une triple oppression : la surexploitation économique, le racisme et le sexisme. La préférence nationale voulue par le FN aurait des conséquences d’autant plus graves pour elles ce que ce sont des femmes.

Sous un emballage trompeur, le programme du Front National conserve tous les ingrédients d’un projet de société sexiste, raciste et xénophobe.