Aller au contenu principal

Motion du SYNPTAC-CGT au 14ème congrès à Paris du 28 au 30 novembre 2021

dim 09/01/2022 - 15:47
illustration

La situation très préoccupante créée par la banalisation des idées d’extrême droite, qu’elles soient portées par le Rassemblement National ou par tout autre parti, mouvement ou individu opportuniste, ne doit laisser aucune place à l’hésitation quant à la responsabilité du monde syndical de les combattre.

Souhaitant profiter du désarroi généré et entretenu par la violence politique et sociale du libérocapitalisme qui laisse le pays et les citoyen·ne·s dans un état d’anéantissement et d’asservissement permanent, les thèses racistes s’enracinent et se répandent sur le terrain des inégalités.

Le problème, au-delà d’être politique, devient culturel parce que récurent et minimisé par les multiples théories révisionnistes et suprémacistes librement exprimées. Mais aussi structurel car inséparable du pouvoir des puissances financières et des frustrations populaires qu’elles génèrent. Les idées d’extrême droite se nourrissent des crises économiques et sociales car il est toujours plus facile de faire passer la différence pour un danger plutôt qu’un enrichissement, de stigmatiser l’autre que de remettre en question les origines de la crise, surtout lorsque celle-ci profite à ceux qui les diffusent.

Les travailleur·se·s ont besoin de syndicats qui défendent leurs intérêts, pas de mouvements ou partis politiques qui s’appliquent à les monter les uns contre les autres et restent leurs pires ennemis, comme ceux des droits sociaux et culturels, des libertés, des droits des femmes et personnes LGBT, des services publics, des minorités, des exclu·e·s et du syndicalisme démocratique, de masse et de lutte de classe.

C’est pourquoi notre rôle est d’alerter les professionnel·le·s de nos métiers qui sont aujourd’hui en première ligne et peuvent être appelé·e·s à collaborer à la promotion des discours d’extrême droite dans les différents meetings à venir.

Cette société tyrannique et dogmatique, faite de haine, de racisme, d’antisémitisme, de violence, de répression et autre discrimination que nous préparent les différentes figures de l’extrême droite, nous n’en voulons pas !

Il est de notre devoir d’hommes et de femmes aux valeurs universalistes de ne jamais céder face aux attaques nauséabondes et de gagner la bataille des idées. Pour cela il nous faut détricoter les discours électoralistes qui flattent les esprits les moins critiques et retrouver l’exaltation collective et individuelle que porte l’éducation populaire.

Le SYNPTAC-CGT, syndicat national et professionnel, en dehors de son but initial et des actions conformes à ses statuts, réaffirme pleinement sa position antiraciste, antifasciste, et s’inscrit en résistance et en opposition ferme à la propagation de ces idées. Il reste vigilant face à la situation politique actuelle, au risque réel qui menace et participera, à tous les niveaux de la CGT et de la société, à toute initiative de lutte contre ce fléau idéologique.

épinglé au carroussel
Désactivé