Aller au contenu principal

Solidaires Finances Publiques : Pourquoi une lutte syndicale et spécifique contre le Fn / Rn ?

ven 18/06/2021 - 15:00
Illustration

Le syndicalisme est porteur de valeurs radicalement opposées aux idées du Fn / Rn.

Quand nous prônons la solidarité et l’unité des salarié.es, l’extrême droite provoque leur division en opposant les Français et les étrangers (préférence nationale).

Lorsque nous revendiquons un meilleur partage des richesses, notamment par une fiscalité juste et progressive, le Fn / Rn s’y oppose au nom de son Poujadisme historique.

Plus globalement, le Fn / Rn se contente de désigner des boucs émissaires issus de son idéologie (les musulmans, les migrants, l’Europe, le mondialisme…) mais jamais il ne propose ni ne participe à des mobilisations revendicatives.

Et quand nous, par contre, agissons pour la transformation sociale, le Fn / Rn dénonce l’action syndicale car pour les fascistes, le syndicalisme doit se limiter à sa corporation, conformément à la charte du travail élaborée par le régime de Vichy.

Sur l’échiquier politique actuel, le Fn / Rn est le seul parti à promouvoir l’interdiction des syndicats librement constitués.

Il y a donc bien une lutte syndicale et spécifique à mener contre le Fn / Rn.

Oui, le Fn / Rn est bel et bien un parti fasciste !

Au-delà de ses idées assumées (antisémitisme, racisme, violences physiques, Etat policier et autoritaire, nationalisme…) son logo en est la preuve incontestable : Identique à celui du parti néo fasciste Italien des années 70, le MSI, la flamme tricolore symbolise l’ascension au ciel de l’âme de Mussolini.

Et lors du changement de nom du parti, le Fn / Rn a gardé cette flamme, confirmant ainsi que sa soi-disant dédiabolisation n’est qu’un leurre.

Dans la quinzaine de mairies qu’elle occupe depuis 2014, l’extrême droite n’a eu de cesse d’entraver l’action syndicale : Menaces et placardisation des responsables syndicaux dans les collectivités territoriales, suppressions de subventions à certaines Unions Locales, tentatives de fermetures de bourses du travail ou de maisons des syndicats…

La LDH (fondée en réaction à l’affaire Dreyfus), ainsi que le Secours Populaire (qui aide les pauvres, sans distinction de race), subissent également les foudres des maires d’extrême droite.

D’autre part, si l’on constate ça et là que les idées nauséabondes du Fn / Rn se répandent dans d’autres formations politiques, cela reste dans le cadre de dérives individuelles ou opportunistes afin de rattraper leurs électeurs qui pourraient passer au Fn / Rn, cela confirme une droitisation de la politique Française, mais pas encore un basculement idéologique total des partis de droite et / ou sociaux libéraux.

En clair, le Fn / Rn est notre ennemi, les autres partis sont nos adversaires.

 

Non, le Fn / Rn n’est pas un parti comme les autres !

Ses programmes électoraux et ses slogans sont à géométrie variable, ils s’adaptent à la conjoncture du moment, dans une logique de caméléon croisé avec un vautour.

Par exemple, alors que le parti de la famille Le Pen n’a jamais défendu les services publics et a toujours combattu l’impôt sur le revenu depuis sa création en 1972, ses discours actuels reprennent une analyse qui pourrait être la nôtre. Déclaration de S Chenu, député Rn du Nord : « La création de nouveaux centres des finances publiques est une mesure de bon sens si elle va au-delà du simple effet d’annonce. Depuis de nombreuses années, le Rassemblement national dénonce la fermeture des services ruraux et l’éloignement constant des administrations de nos concitoyens. »

En surfant sur le recul réel de la présence de l’État, le Fn / Rn ne doit tromper personne. Dans les mairies brunes, les Centres d’Action Sociale ont vu leurs subventions systématiquement rabotées, les fonctionnaires territoriaux partant en retraite n’ont pas été remplacés, mais les effectifs et les moyens des polices municipales ont considérablement grossi.

Et que dire des mensonges ignobles sur les migrants ?

Sous le titre, « Le saviez-vous ? », le parti d’extrême droite assure qu’« un mineur isolé étranger coûte 40 000 € par an au département. 60 % sont en réalité majeurs. (Rapport sénatorial 2017) Ils sont responsables de l’explosion de l’insécurité. (Exemple : 2 délits/crimes par jour à Bordeaux en 2020). Seuls nos élus mettront un terme à ce scandale ! »

En réalité, les mineurs isolés représentent moins de 10 % des enfants pris en charge par l’ASE, pour un prix de journée qui va jusqu’à 23 euros, soit 8 395 euros par an – loin des 40 000 euros annoncés. Le taux de 60 % de majeurs est faux, tout comme l’accusation de faire exploser l’insécurité. Mais c’est tellement plus facile de ne jamais parler de la réelle insécurité qu’est le chômage, la précarité, les réformes des retraites et de l’assurance chômage (silence du Fn / Rn sur ce sujet).

 

L’idéologie et les actes du Fn / Rn au pouvoir sont donc sans aucune mesure avec les autres partis. De ce fait, lorsque nous nous adressons aux candidats aux élections pour leur faire part de nos revendications, il ne faut jamais interpeller directement le Fn / Rn et systématiquement dénoncer leur pseudo discours social.

épinglé au carroussel
Désactivé