Aller au contenu principal

Le Pen à la pêche en Corse !

jeu 12/10/2006 - 02:00
defaut

Nouvel avatar de la politique "attrape-tout" du FN (cf son "Halte au racket légal de l’Etat." lors d’un colloque sur " L’avenir de l’automobile ou sa « drague » de la communauté maghrébine sur Beur FM), voici que Jean Marie Le Pen se fait le défenseur d’un groupe clandestin corse qui n’avait pas hésité, en 2004, à menacer la communauté maghrébine en Corse en déclarant "Ils seront touchés à leur domicile privé et des éliminations physiques seront perpétrées contre les plus réticents.".

En Corse, M. Le Pen apporte son soutien à de jeunes terroristes xénophobes d’après l’article d’Antoine Albertini paru dans "Le Monde" édition du 10.10.06

J-M Le Pen a lancé "un appel aux magistrats qui jugent les jeunes Clandestini Corsi" alors que douze jeunes gens (dont dix étaient mineurs au moment des faits) sont accusés d’avoir perpétré, en 2004, cinq attentats dont trois contre la communauté maghrébine, sont jugés par une cour d’assises spécialement composée (Le Monde du 4 octobre).

"On a assimilé les plasticages des Clandestini Corsi à du racisme lorsqu’il n’y avait qu’une réaction de désespoir (...) de jeunes gens qui refusent de voir leur culture disparaître", a affirmé M. Le Pen Il en a profité pour dénoncer "l’Etat antiraciste, les médias antiracistes et les associations antiracistes", accusés de "monter de toutes pièces diverses affaires pour mettre les Corses au pas".

Olivier Martinelli, directeur de cabinet de M. Le Pen et inspirateur de son virage "identitaire" sur la question corse, se défend d’avoir instrumentalisé l’affaire : "Il s’agit de montrer notre opposition à cette volonté délibérée d’attaquer la résistance identitaire des Corses", a-t-il déclaré au Monde.(...) alors que les parents des jeunes gens ont réaffirmé leur hostilité à toute "récupération politique (...) particulièrement venant du parti de l’extrême droite" en ajoutant "Nous soutenons nos enfants, pas les actes qu’ils ont commis" (...).