Aller au contenu principal

Communiqué FSU 84 : une campagne d’affichage indigne

ven 13/11/2020 - 13:18
Illustration

Le Maire d’Orange, Jacques Bompard, a organisé, le vendredi 30 novembre et au cours du week-end suivant, une campagne d’affichage, sur des panneaux de communication de la Ville d’Orange, utilisant des portraits de victimes d’assassinats terroristes, accompagnés de la mention suivante :
« tué.e.s parce que Français.e.s ». Ils sont également diffusés sur le site internet de la Ville d’Orange.

Parmi les portraits exhibés ainsi, figure aussi celui de Samuel Paty, professeur dans un collège de Conflans-Sainte-Honorine, assassiné le 16 octobre dernier, pour qui un hommage national devait être organisé, le 2 novembre, jour de rentrée des vacances de la Toussaint, dans les écoles et établissements scolaires.

Samuel Paty a été assassiné parce qu’il faisait son métier, en abordant la liberté d’expression. Le terrorisme djihadiste, quand il ne frappe pas aveuglément, cible des individus pour ce qu’ils représentent, pour les idées qu’ils symbolisent. Quels que soient les pays où il frappe, ce terrorisme peut tuer des personnes de toutes nationalités et de toutes origines.

La campagne d’affichage du Maire d’Orange constitue une instrumentalisation partisane et idéologique de l’hommage qui devait être rendu à Samuel Paty et de la mémoire des victimes du terrorisme. Elle est typique d’une idéologie d’extrême droite, qui ne vise pas à défendre des principes républicains, qui sont à son opposé, mais à susciter un repli nationaliste.

Certaines affiches ont même été posées à proximité d’établissements scolaires, à la vue d’élèves s’y rendant, alors qu’ils doivent y être protégées des tentatives d’endoctrinement. La propagande du Maire d’Orange est donc particulièrement abjecte et irrespectueuse des principes de neutralité et de laïcité de l’Ecole républicaine.

Elle a profondément choqué de nombreux enseignants, qui s’apprêtaient en outre à organiser, avec leurs élèves, l’hommage à leur collègue Samuel Paty.

La FSU84 dénonce cette instrumentalisation, indigne, de la mort de victimes d’actes terroristes atroces.

Dès le 2 novembre, deux conseillers municipaux d’opposition de la Ville d’Orange ont d’ailleurs écrit à Monsieur le Préfet de Vaucluse, pour qu’il s’adresse au Maire d’Orange, afin qu’il retire toutes les affiches se situant devant ou à proximité des établissements scolaires.

La FSU84 salue et soutient cette initiative. Elle s’adresse au Préfet de Vaucluse en ce sens.