Aller au contenu principal

L’extrême droite et l’école

sam 22/02/2020 - 14:38

L'école de Marine Le Pen ne change pas beaucoup par rapport à celle de son père. C'est une école qui supprime le collège unique et rétablit l'apprentissage à 14 ans, qui fait la promotion du "roman national" en en excluant les questions historiques qui "divisent", qui ferme l'école sur elle-même et en fait une caserne avec le port de l'uniforme et la restauration de l'autorité du maître. C'est aussi une école qui consacre l'existence d'écoles privées religieuses malgré toutes les professions de foi laïques et républicaines qui ne parviennent pas à ce principe de bon sens, comme dirait Marine Le Pen, "fonds publics à l'école publique, fonds privés à l'école privée".

Le projet de Marine Le Pen est dangereux pour l'école publique et ses agents comme pour les familles populaires car :

- il repose sur des mensonges lorsque la candidate d'extrême-droite propose de renforcer les apprentissages fondamentaux alors que ce renforcement est en cours depuis plusieurs années !

- il vise à renforcer le tri social à l'école : la fin du collège unique c'est le retour à l'orientation-sélection dès la 5e voir dès la 6e et on sait à quels groupes sociaux appartiennent les enfants qui sont éjectés de la poursuite d'études générales : ce ne sont pas ceux des riches !

- il vise à formater les esprits des enfants pour faciliter leur adhésion aux idées d'extrême-droite. Car qu'est-ce qui gêne tant Marine Le Pen dans le fait de discuter dans les classes, sur la base des travaux des historiens, de Vichy ou de la guerre d'Algérie si ce n'est que l'étude de ces périodes historiques montre que l'extrême-droite s'est toujours opposée aux principes d'égalité, de liberté et de fraternité ?

En réalité, la vision de l'école de Marine Le Pen est profondément réactionnaire, inspirée par la haine de la démocratisation de l'école de la République qui se développe depuis 1958. Certes, cette démocratisation connaît des difficultés mais l'application du programme scolaire de Marine Le Pen signifierait le retour à une école qui excluait du Savoir les classes populaires, exception faite de quelques rares « méritants ».

Mais cette vision réactionnaire de l’école n’est pas du seul fait du RN. Cette formation proposée par VISA s’appuiera également sur le gros travail du site internet Questions de Classe : Depuis une trentaine d’années, l’éducation est devenue le champ d’intervention privilégié d’une nébuleuse de personnalités et de réseaux caressant le rêve de rétablir un état scolaire – et social – ancien. Pour ces « réac-publicains » évoquant inlassablement l’effondrement du niveau et la décadence de l’institution, le redressement de l’École doit préfigurer la restauration de l’ordre moral et de la nation.

Contactez VISA : assovisabis@gmail.com