Il appartient aux syndicats de porter les luttes contre le fascisme et l'idéologie d'extrême droite

Qui sommes nous ?

VISA est une association intersyndicale composée d’une cinquantaine de structures syndicales : la FSU et plusieurs de ses syndicats, l’Union Syndicale Solidaires et plusieurs de ses syndicats, des fédérations et des syndicats de la CGT, de la CFDT, de la CNT, de l’UNEF et le syndicat de la Magistrature.

Lire la suite...

 

En bref

... Vous avez encore des doutes ? Alors venez nombreux à Correns (83) le 31 janvier 2017 à 18h30 salle "la fraternelle" pour une soirée débat autour du film "La face cachée du nouveau Front National" et … vous ne serez pas déçus !    - Toujours la haine, toujours le mépris de la souffrance, toujours le refus de la fraternité, de la solidarité et de l’égalité entre tous les êtres humains.    - Refus de l’autre : Manifestation contre l’accueil des migrants dans les centres d’accueil (CAO) de Pierrefeu et de Tourves, Charte "Ma commune sans migrants".    - Mise à l’index des musulmans, des Roms, des étrangers fuyant les guerres, en leur reprochant d’abandonner leurs femmes et leurs enfants sous les bombes (1).    - Toujours le même programme : "la France aux Français".    Dans le Var, les mairies tenues par le FN, à Fréjus, Cogolin, Le Luc, agissent dans le...
"Syndicats aux ordres" ou "faites ce que je dis, pas ce que je fais" le drôle de point de vue des élus régionaux sur le syndicalisme. Suivre une plénière du Conseil régional, c'est long, plutôt rébarbatif, mais parfois instructif. Celle des 13 et 14 décembre 2016 nous a, en tous cas, éclairées-s sur la conception qu'ont certaines-s élues-s du mouvement social et des syndicats...   Le FN voudrait-il des syndicats à sa botte ? Depuis plusieurs années, la Région alloue des subventions à certaines confédérations syndicales. Comme toutes les subventions, ces dossiers sont instruits et contrôlés par des techniciens régionaux. Insuffisant pour le FN, qui souhaitait amender la délibération en ajoutant la phrase suivante : "le syndicat s'engage à respecter une totale neutralité politique et renonce à toute prise de position politico-électorale envers tous les partis politiques et leurs candidats. Si cette obligation n'est pas scrupuleusement...
Le SNUI-PP FSU a produit en ce mois d'avril un nouveau tract en 4 pages, pour expliquer pourquoi le FN est le pire ennemi de l'école publique !
Le collectif droits des femmes contre les extrêmes droites, dont VISA est membre, a sorti un tract à diffuser sans modération pour expliquer aux femmes que le FN est toujours leur ennemi !
Communiqué du SNJ-CGT, adhérent à VISA.   Les résultats du premier tour de la présidentielle mènent les classes populaires et le monde du travail dans une impasse. De lourdes menaces pèsent sur la démocratie et les droits des salariés. Marine Le Pen a recueilli 7,6 millions de voix, un score jamais atteint par le Front national, ce qui la qualifie pour le second tour. Les discours haineux, racistes, antisyndicaux et la préférence nationale sont aux antipodes des valeurs prônées par la CGT : fraternité, solidarité, justice sociale, égalité, paix.    La pseudo-dédiabolisation du FN et le prétendu virage social de ses propositions sont des leurres. En témoignent les revirements du FN sur la loi travail ou la retraite à 60 ans. Marine Le Pen a également lancé des attaques inacceptables contre les juges et les journalistes, notamment lorsqu’elle était mise en cause dans des affaires de détournement de fonds publics.  Le SNJ-CGT continuera à combattre sans relâche...
Dans un tract appelant à manifester contre la venue de Marine Le Pen le 19 avril à Marseille, les deux syndicats dénoncent le volet judiciaire du programme de la cheffe du Front National. Un exemple à suivre pour d'autres branches où l'appel nécessaire à faire barrage au Front National ne sera que renforcé par une dénonciation concrète de ses projets pour les salarié-e-s et/ou usagers concerné-e-s.

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
Téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
Téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
Téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !

Des affiches à télécharger


Les affiches de Visa, à coller ou à insérer
dans les journaux syndicaux.
téléchargez ici !


Retrouvez VISA
sur Facebook

 

Des outils pour lutter
contre l'extrême droite

- Des livres

Les extrêmes droites en France
- édition Syllepse -
Par Jean Paul Gautier
 

 

Dictionnaire de l'extrême droite
- édition Larousse -
Collection "à présent"
 

 

Jacques Leclerq :
" dictionnaire de la mouvance droitiste
et nationale de 1945 à nos jours "

Michel Briganti, André Déchot et Jean-Paul Gautier
" LA GALAXIE DIEUDONNÉ "
Pour en finir avec les impostures.

Pour commander
Editions Syllepse

AUBE DORÉE. LE LIVRE NOIR DU PARTI NAZI GREC
Auteur: Psarras Dimitris

Pour commander
Editions Syllepse

- Des vidéos

"Aujourd'hui comme hier, combattre l'extrême droite"

Le documentaire "Aujourd’hui comme hier,
combattre l’extrême droite - Histoire croisée
du syndicalisme et de l’extrême droite"
a été réalisé par l'IHS-CGT, dans le cadre
de la campagne CGT-Solidaires-FSU-Unef-FIDL-UNL
« Combattre l’extrême droite, ses idées, ses pratiques »
initiée le 29 janvier 2014 à la Bourse du travail de Paris.
Ce documentaire de 11 minutes peut être utilisé dans
le cadre de formations, de débats, de réunions publiques
et permet de se réapproprier l'histoire de la lutte
antifasciste d'un point de vue syndical.

 

"LE FN aux affaires"

Une enquête menée dans deux villes du Var :
Fréjus et Cogolin, un an après les élections
municipales de 2014.

 

"Bassin miné"

un documentaire d’Edouard Mills-Affif,
qui suit la scène politique locale de Hénin-Beaumont
depuis plus de dix ans.

http://www.bassinmine.com/

Mains brunes sur la ville

Quand l’extrême droite est au pouvoir

MAINS BRUNES SUR LA VILLE – 90 min
Documentaire de Bernard Richard.

Pourquoi des citoyens accordent-ils leur confiance à l’extrême droite, et comment celle-ci se maintient-elle au pouvoir ?

Pour organiser une projection : Tel : 06 25 52 76 74 - Mail : victor.fuvel@free.fr

L'extrême droite marche sur les droits des enfants (un 4 pages de Sud Education 13, CGT Educ'action 13, CNT SO 13 & SNUipp-FSU 13)

L’éducation est une véritable obsession historique pour les extrêmes-droites car qui veut contrôler la société doit contrôler l’école. A l’occasion des élections présidentielles, le programme « éducatif » du FN tente de faire la synthèse de toute une nébuleuse réactionnaire. Alors que ce parti se prétend être le défenseur des faibles contre les puissants, il promeut une école autoritaire et ségrégative dont le seul objectif est de fonder une société dans laquelle chacun-e reste à sa place. S’appuyant sur les dysfonctionnements du système scolaire, il propose un programme qui foule aux pieds les droits des enfants.

 

La fin de l’éducation pour tous

 

Au premier rang des mesures abjectes que prendrait le Front National s’il arrivait au pouvoir, figure la proposition de mettre fin à la scolarité gratuite des enfants étrangers. Le FN ne rêve ni plus ni moins que d’une école discriminatoire fidèle à ce que ce parti essaye d’imposer à tous les niveaux de l’Etat à travers son programme de la « préférence nationale ». Les enfants d’étrangers en situation régulière devraient s’acquitter d’une « taxe » après un délai de carence d’un ou deux ans.

 

Mais le FN ne s’arrête pas là et réserve un sort pire encore aux enfants de personnes en situations irrégulières puisque ces-derniers seraient purement exclus de l’accès à l’éducation. Il est juste question ici de remettre en cause un des principes les plus fondamentaux de notre constitution, de la convention internationale des droits de l’enfant et de nombreux autres textes de loi: le droit à l’éducation.

 

Jusqu’à présent, tous les enfants de 6 à 16 ans bénéficient du droit à être scolarisé quelle que soit la situation de leurs parents dont ils-elles ne peuvent être considéré-es comme comptables. Ce serait donc un retour en arrière considérable et sans équivalent à l’étranger. On commence à s’attaquer aux enfants dont les parents sont en situation irrégulière, puis aux enfants étrangers et ensuite... Les débats autour de la déchéance de nationalité ont montré que dans ce domaine, de nombreuses digues avaient sauté. Malgré le caractère évidemment raciste d’une telle mesure, le FN avance un tout autre prétexte pour justifier une proposition aussi lâche : « la nécessité de faire des économies ».

 

Et c’est bien là une autre constante du discours du FN. Dans ses propositions et ses interventions, à demi-mot ou pas, le parti de Marine Le Pen a toujours défendu la poursuite voire l’accentuation de la politique d’austérité économique. Contrairement à ce qu’elle aimerait faire croire, il n’a jamais été question pour l’extrême-droite de partage des richesses et de justice sociale. La dette, même injuste, doit être payée. Il n’y a qu’à voir les mesures prises dans les municipalités gérées par le Front National pour s’en rendre compte. Nulle part les maires du rassemblement bleu marine n’ont dépensé le moindre centime pour rénover une école ou apporter une aide financière.

 

Apprends et tais-toi !

 

Pour le FN, il faut centrer l’école primaire sur les fondamentaux, à savoir «le français, les mathématiques et l’Histoire ». Les « activités ludiques » comme « les arts plastiques, l’éducation musicale ou l’éducation physique et sportive » prendraient trop de place et devraient donc être reléguées au second rang, quitte à disparaître. Le Front National y voit là le remède à une « baisse généralisée du niveau » des élèves. Ce discours « décliniste » sur l’école est caractéristique de la droite et de l’extrême-droite qui voient là une explication à la perte fantasmée des valeurs morales de notre société. La réalité est toute autre puisqu’à l’école primaire les programmes officiels préconisent près de 10 heures d’apprentissage du français, soit presque la moitié de leur temps scolaire. En réalité ce qui importe pour l’extrême-droite ce n’est pas tant « le déclin » des savoirs fondamentaux que celui des principes éducatifs qui y sont attachés:  « la mémorisation, la récitation, l’effort et la discipline ». Il ne s’agit pas de comprendre et de s’approprier, il s’agit d’emmagasiner et de restituer des savoirs sans autre forme de réflexion. Vous l’aurez compris, pour le FN l’école n’est pas vraiment là pour développer l’esprit critique des élèves et son expression. Il ne faudrait quand même pas qu’elle puisse former de futur-es individu-es libres , indépendant-es  et capables de remettre en cause et de transformer la société dans laquelle ils-elles évoluent. 

 

C’est dans cette logiquequ’il faut comprendre la volonté de retour à l’enseignement du « roman national ».  Il s’agit d’une version mythifiée de l’histoire nationale présentant la France comme ayant été « toujours déjà là », valorisant les « grands hommes » et leur rôle. Ce roman national n’est en rien de l’Histoire, puisqu’il s’agit au contraire d’une manipulation du passé à des fins idéologiques. On y présente le pays comme le fruit d’une histoire univoque, construit dans la continuité et l’unité alors qu’il est en réalité le résultat de ruptures constantes alimentées par des apports multiples venus d’horizons variés. Cette histoire a un objectif : promouvoir une vision fantasmée, uniforme et éternelle de l’identité et rompre avec l’idée que nous sommes tous-tes des acteurs-trices du changement. Pas de place alors pour ce que les mêmes personnes qualifient de « repentance ». On passe sous silence les heures les plus sordides de l’histoire française: l’esclavage, la colonisation, la collaboration sous le régime de Vichy ou la torture en Algérie... Pour eux-elles l’histoire ne doit pas servir à éveiller la curiosité des enfants, à se forger une opinion, à interroger des différences, ou à s’ouvrir à d’autres cultures pour comprendre la complexité du monde, mais bien à créer la docilité et une adhésion patriotique totale et incontestable.

 

Une autre caractéristique de la vision éducative du FN, c’est sa haine de la pédagogie. Celles et ceux qui réfléchissent aux sciences de l’éducation sont responsables de tous les maux de l’école. Les pédagogues sont présenté-es comme des «savants fous» qui livreraient leurs élèves aux expériences les plus folles. Par leurs actions l’école serait devenue le terreau de la décadence des mœurs et d’une société laxiste qui irait vers son naufrage. Mais de quoi parle-t-on ? La pédagogie regroupe l’ensemble des méthodes, des réflexions et des actions éducatives pratiquées par les enseignant-es pour permettre à chaque enfant de s’épanouir intellectuellement et de développer son potentiel en prenant généralement en compte les différences et les particularités de chacun-e. Ce terme regroupe donc toute une variété de pratiques plus ou moins élaborées et plus ou moins novatrices mais pratiquées par l’ensemble des enseignant-es. Ce que refuse l’extrême-droite à travers son rejet de la pédagogie, c’est justement l’idée que les enfants soient au centre de leurs apprentissages et que le savoir puisse s’élaborer en interaction avec l’enseignant-e et/ou avec ses pairs. Pour l’extrême-droite l’enseignant-e est un-e instructeur-trice pas un-e éducateur-trice, « le maître sait, l’élève lui doit le respect et l’obéissance pour apprendre grâce à l’effort évalué par la notation ». C’est ce que le FN appelle « l’autorité du maître ». L’enfant est ainsi considéré comme un être servile dénué de personnalité. Il faut le façonner à l’image de la société autoritaire, hiérarchisée et inégalitaire que l’extrême-droite veut bâtir.

 

Travail des enfants et darwinisme social

 

Derrière la haine de la pédagogie se cache en réalité la haine de l’égalité. Pour le FN, pas question d’émanciper l’ensemble des élèves ni de les amener le plus loin possible. Dans un monde de compétition, il y aurait des « perdants » et des « gagnants », des « méritants » et des enfants « qui ne le sont pas » et peu importe que ce soit toujours les mêmes, il faudrait l’accepter comme un fait naturel. Il y a celles et ceux qui auraient certains dons et d’autres qui n’en n’auraient pas, il y auraient les « manuels » et les « intellectuels », et que chacun reste à sa place ! Dans le projet binaire du FN, aucune place n’est faite aux particularités des un-es et des autres pas plus qu’aux déterminismes sociaux qui, nous le savons tou-tes, renforcent les inégalités scolaires et in fine la reproduction des inégalités sociales. Mais les manipulations de l’extrême-droite ne peuvent pas masquer les faits : un enfant d’ouvrier a 6 fois moins de chances d’obtenir le Bac qu’un enfant issu des catégories sociales supérieures.

 

Dans le programme de Marine Le Pen cela se traduit par la fin du collège unique, la mise en place d’un premier tri scolaire dès la fin de la 5e et l’apprentissage à partir de 14 ans. Ce serait donc la fin de l’école obligatoire jusqu’à 16 ans, le retour déguisé du travail des enfants et la fin de la démocratisation du système scolaire. Des enfants qui n’auront eu pour seul « enseignement », qu’un bourrage de crâne sur des savoirs rudimentaires se retrouveront livrés au monde du travail. L’école ne sera dès lors plus qu’un instrument au service de l’entreprise et d’un capitalisme national rêvé par l’extrême-droite. Elle ne serait plus qu’une succursale prompte à formater des producteurs-trices et des consommateurs-trices obéissant à une élite économique blanche qui aura tout le loisir de se perpétuer. Fini l’idéal, même imparfaitement réalisé, d’une éducation émancipatrice chargée de former des individus conscients des enjeux de la société et capable d’y agir pour la transformer, place au darwinisme social de l’extrême-droite.

 

Uniformiser les corps

 

Fidèle à son désir de formatage des esprits, le FN veut également discipliner les corps. C’est dans cette logique que ce parti propose d’établir un uniforme à l’école. Les éléments avancés pour défendre cette vieille proposition sont multiples et parfois partagés, du moins en partie, par certain-es collègues et parents d’élèves. Parmi les arguments maintes fois entendus, figure en bonne place celui de la cohésion sociale. Comme par magie, selon ses promoteurs l’instauration d’un code vestimentaire ferait défini,tivement disparaître, les « tenues inadaptées », le racket, les moqueries, les « phénomènes de mode » et jusqu’aux inégalités sociales ! Dans les faits, cette mesure ne réglera pas grand choses puisque la discrimination sociale continuera à s’exprimer à travers d’autres éléments comme les fournitures scolaires, les accessoires ou les cartables. 

 

Dans le fond, et c’est le plus important, l’uniforme est une solution parfaitement hypocrite et cynique. Il ne s’agirait là que d’une simple tentative de masquer les inégalités sociales sans que rien ne soit fait pour y mettre fin. Il n’est pas étonnant que de constater que rien n’est proposé par le FN pour mettre fin aux inégalités sociales, bien au contraire, elles sont pour l’extrême-droite presque naturelles. Pour elle, le riche et le pauvre ont chacun leur place dans la société, ils sont unis dans la nation et il ne faut surtout pas bouleverser l’ordre social. Les inégalités sociales ne sont gênantes que si elles se voient. Or pour nous, le combat est bien entendu ailleurs car nous ne voulons pas « cacher la misère », nous voulons tout bonnement y mettre fin.

 

L’objectif est bien entendu ailleurs. Ce que déteste par-dessus tout les Le Pen ce ne sont pas les inégalités mais simplement les différences. Il ne faut pas se leurrer, le projet du FN est un projet totalitaire par essence et la question de l’uniforme en fait partie intégrante. Rien ne doit dépasser, tout doit correspondre à la norme imposée, l’école est un moule qui doit conformer, contraindre et assimiler. Et tant pis si les enfants ont besoin à travers leur apparence extérieure de se construire une personnalité propre et d’exprimer leurs individualités dans un incessant aller-retour entre différenciation et normalisation: ils-elles ne sont de tout façon pas là pour exprimer quoi que ce soit.

 

Judiciarisation des sanctions scolaires

 

Qui dit école-caserne, dit aussi loi martiale. En matière de sanction, le Front national prétend instaurer la « tolérance zéro ». Dans les faits cela se traduit par la judiciarisation des sanctions scolaires. « Surveiller et punir », voici l’autre devise de l’école version Marine Le Pen. Pour le FN, les enfants doivent être traités avec une fermeté proche de celle des adultes. En fonction des situations, mais sans vraiment fixer de limites, des poursuites pénales pourront être engagées par l’institution. Les parents d’élèves seraient également sanctionnés et se verraient privés des allocations familiales. Pour les familles les plus pauvres, ce sera donc la double peine ! Tel un tribunal, le conseil de discipline se verrait ainsi doté de prérogatives extrêmement importantes sans qu’un réel contrôle ne puisse s’opérer. Mais le collectif « Racine », est loin de vouloir s’arrêter là! Il est allé jusqu’à proposer le placement des enfants les plus perturbateurs dans des établissements situés à plus de 100 km de leur domicile. Il ne s’agit ni plus ni moins que d’une forme d’internement déguisé.

 

NE PAS LAISSER FAIRE ET RIPOSTER

 

Pour le FN et toute une nébuleuse réactionnaire, l’école est responsable de tous les maux de la société et celles et ceux qui la composent en sont les complices. Mais qui sont ces responsables que dénonce tant l’extrême-droite ? Est-ce que ce sont ces enseignant-es qui pratiquent des formes différentes de pédagogies et qui soumettent ainsi les enfants à « d’effroyables expériences » comme s’ils étaient de vulgaires « cobayes » ? Est-ce votre collègue de la salle d’à-côté ou bien vous-même ? Est-ce que ce sont ces enfants « sans aucune éducation ni respect », ces « mauvais élèves » peut-être qui font baisser le niveau, ou bien tout simplement les enfants d’immigré-es ? S’agit-il de votre enfant ou bien de celui du voisin ? Est-ce que ce sont ces parents d’élèves qui « ont toujours leurs mot à dire » et briment la « liberté pédagogique » des enseignants ? Finalement, pour le FN, le responsable c’est peut-être bien vous! La stratégie de l’extrême-droite est ainsi faite. Elle repose sur la division et la guerre de tou-tes contre tou-tes pour imposer son idéologie autoritaire, inégalitaire et liberticide. Tour à tour, chacun-e des acteurs-trices de l’école est tantôt considéré-e comme une victime, tantôt comme un bourreau, mais sur l’autel de la dénonciation tous-tes sont systématiquement suspect-es.

 

Le FN joue sur les peurs et attise le sentiment de revanche. A travers son discours sur l’école, il cherche à tourner la tête de celles et ceux qui ont été les perdant-es du système scolaire ; il tente de dévoyer une partie des enseignant-es fragilisé-es et en perte de repères face aux injonctions contradictoires de leur hiérarchie ; il joue sur le recul des conditions de travail et sur les conséquences de nombreuses années d’austérité économique ; il fait son fonds de commerce sur la crainte que l’avenir suscite chez de nombreux jeunes et chez leurs parents. 

 

Mais quelles sont les solutions apportées par l’ED ? Il s’agit de mesures simplistes qui jouent sur la nostalgie d’une école au passé fantasmé et dont les principes reposaient sur la ségrégation sociale. L’école produit des inégalités ? Et bien mettons fin à la démocratisation du système scolaire ! Les enseignant-es sont en souffrance ? Il suffit de mater les élèves en rétablissant « l’autorité du maître » grâce à un arsenal de sanctions ! Il faut protéger les enfants ? Protégeons les d’abord d’eux-mêmes en les privant de leurs droits !

 

Oui l’école est encore inégalitaire, oui elle laisse encore trop d’élèves sur le carreau, oui elle maltraite ses personnels, mais nous sommes encore nombreuses et nombreux à penser que nous ne pouvons pas nous résigner, ni même nous tromper de colère. Notre espoir demeure intact et doit continuer à se manifester tous les jours dans nos classes, auprès des élèves et de leurs familles, dans nos salles des profs, dans nos combats syndicaux, dans la confiance que nous portons en notre capacité collective à créer des alternatives. Notre ambition doit continuer de résider dans la certitude que le savoir, la culture et l’esprit critique sont les piliers de notre avenir et que la pédagogie participe de cette construction. Nous restons persuadé-es qu’il n’y a pas d’élèves perdus d’avance et que l’école n’est pas vouée à rester cette machine à trier et à exclure. 

 

N’attendons pas que les transformations viennent des gestionnaires « d’en haut », reprenons en main notre travail, construisons ensemble et à la base les outils qui permettront à tous-tes nos élèves de s’émanciper. Changeons l’école, changeons la société !

 
 
Voir le 4 pages en fichier attaché ci-dessous
Fichier attachéTaille
4p ED et école intersyndical V6.pdf341.67 Ko

Brochure 2016 - Face au FN et à toute l'extrême droite, réponses et ripostes syndicales !
 

Parce qu'il est toujours nécessaire d'apporter des réponses syndicales face au FN et à toute l'extrême droite, VISA publie mi septembre un petit fascicule / argumentaire.

Vendu 2 euros, il sera disponible sur notre stand au village du livre de la fête de l'Humanité du 9 au 11 septembre et sur commande en écrivant, avec un chèque de règlement, à notre siège, 80-82 rue de Montreuil 75011 Paris.

Cet argumentaire est destiné aux militant-e-s syndicaux pour qu'ils puissent répondre encore plus facilement, exemples à l'appui, aux salarié-e-s qui se trompent de colère en s'apprêtant à voter FN en 2017.

Face à la montée régulière des scores électoraux du FN et contre la « lepénisation » des esprits, les postures morales sont aujourd'hui insuffisantes.

Il faut sans relâche contre argumenter les prises de positions « économiques et sociales »  du parti fasciste qu'est toujours le FN, illustrer par la mémoire des faits la continuité idéologique du FN assise sur le racisme, l'autoritarisme et le nationalisme, dénoncer les fausses solutions « nationales-sociales » préconisées par le FN, opposer aux slogans réducteurs du FN des analyses certes plus complexes mais néanmoins évidentes à comprendre et à faire comprendre.

Ce fascicule ne prétend pas apporter des réponses clefs en main à toutes les incursions de l'extrême droite sur le terrain social. C'est une boite à outils, un recueil d'expériences, un encouragement au travail syndical unitaire, un vaccin contre la résignation, un instrument pour le travail de proximité avec les salarié-e-s.

On y trouve l'analyse du positionnement du Fn sur la Loi travail, qui montre bien que ce parti va à l'encontre des intérêts des salarié-e-s. Un long chapitre est consacré aux orientations du Fn en matière d' Education Nationale, son dernier terrain de chasse. Dans la continuité du livre « Lumière sur mairies brunes », publié par VISA en 2015, la gestion municipale des villes gérées par l'extrême droite est passée au peigne fin, sur la période du premier semestre 2016. Et puisque les présidentielles 2017 sont dans le viseur des cadres du Fn, les premières annonces du programme électoral du parti fasciste sont décortiquées et assorties de réponses syndicales. Les analyser et les déconstruire sont essentiels dans l'intérêt des salarié-e-s, ce doit être une des priorités du mouvement syndical.

Mais ne perdons pas de vue que l'extrême droite aurait forcément moins d'audience si la situation économique et sociale était moins sclérosée par la crise du capitalisme financier et par le libéralisme arrogant.

Si le combat contre le fascisme doit être politique, syndical et associatif, il passe aussi par les mobilisations du monde du travail contre les politiques d'austérité et par la lutte contre les injustices.

Enfin, ce fascicule est illustré par les dernières affiches de VISA, à commander gratuitement et sans modération par mel : assovisabis@gmail.com

Passez commande dès maintenant en l'adressant par courrier et avec le chèque à : 

VISA 80-82 rue de Montreuil 75011 PARIS 

Tarif dégressif :€ jusqu'à 100 exemplaires, 1,50 € au delà. 

Notre premier livre « Le FN au travail » est toujours disponible au prix de 5 €. Relatant la période 1995 – 2002, il est malheureusement toujours d’actualité.

Notre brochure 2012 « Contre le programme du FN, un argumentaire syndical » est également toujours en vente.
Par contre, celle de 2010 « FN, le pire ennemi des salarié-es » est épuisée.
Vous pouvez également toujours commander " Barrage syndical antifasciste " paru en 2014.

 

Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes - 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Les brochures de VISA

Cliquez sur une brochure pour voir les conditions de commande.

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

 

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous contacter...

Les formations
proposées par VISA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"droites extrêmes" Blog Le Monde

Pas question de changer de méthode, même si la justice a décidé de s’en mêler. Le système des kits de campagne mis en place pour les élections législatives de 2012, qui se trouve au cœur de l’enquête judiciaire qui vaut au Front national d’être renvoyé en tant que personne...

08.05.2017 - 18:43

Des militants d’Action française lors du défilé en l’honneur de Jeanne-d’Arc, en 2013. MIGUEL MEDINA / AFP

C’est devenu un rendez-vous incontournable du petit milieu militant parisien. Chaque vendredi en fin d’après midi, l...

03.05.2017 - 15:22

Fil d'informations RESF

Avec Jean-Luc Rongé (DEI France et directeur du Journal du Droit des jeunes), Clemence Lormier et Mathilde Godoy, intervenantes CIMADE du CRA du Mesnil Amelot. 1 - Un bébé de 8 mois placé en famille d'accueil, les parents en rétention, séparés Avec Clemence Lormier et Mathilde Godoy, intervenante...
27.05.2017 - 13:51
Un homme est au volant sur une route du Gers. Seul ou parfois accompagné de sa famille. Contrôle policier : le permis de conduire n'est pas valide. L'homme est emmené au commissariat de police pour vérification d'identité : c'est un étranger en situation irrégulière. Une OQTF (Obligation de Quitter...
26.05.2017 - 16:38
Non à l'expulsion de Nevaldo K. Monsieur Nevaldo Kuburi, albanais, est actuellement détenu au Centre de Rétention de Cornebarieu. Son seul crime : vouloir vivre avec sa femme et leurs deux enfants âgés de 1 an et 2 ans et demi, auprès de sa mère, en situation régulière, malade. Il est actuellement...
26.05.2017 - 15:59
Prochaines réunions du RESF13 - à Marseille : - Mercredi 7 juin de 15h à 17h : prochaine permanence RESF à Marseille à la MMDH (34 cours Julien 13006) - Mercredi 21 juin de 17h30 à 20h : Réunion RESF à Marseille à Mille Babords (61 rue Consolat 13001)
26.05.2017 - 12:30
M. Diabaté doit sortir de rétention Dioucouna, Fatou et Babacar ont besoin de leur papa ! Monsieur Diabaté Mamadou, de nationalité malienne,est père d'enfants scolarisés à l'école Jean Jaurès de Vitry sur seine . Suite à un simple contrôle d'identité dans le 93, sur le fondement d'une obligation de...
24.05.2017 - 20:51
23.05.2017 - 20:22
p margin-bottom : 0.21cm ; direction : ltr ; color : rgb(0, 0, 0) ; La famille Spahia a fui l'Albanie en juin 2016. Scolarisés dans le quartier de la gare où la famille bénéficie d'un logement d'urgence, les enfants ont pu trouver la stabilité dont ils avaient besoin. Ils se sont tous très bien...
23.05.2017 - 20:31
31 mars 2017 : fin de la trêve hivernale 150 femmes, hommes, enfants dont beaucoup avec de graves problèmes de santé, ont été jetés à la rue rejoignant ainsi celles et ceux qui y sont déjà (2000 dans l'agglomération, 4000 en Isère) Parmi eux, deux enfants, copains de nos enfants à l'école primaire...
21.05.2017 - 21:47
Nous, communauté éducative du collège Longchamp, Marseille 1er, soutenons le père de nos élèves Ibraguim et Rassoul Idigov dans ses démarches de demande de régularisation. La famille Idigov est arrivée en France de la République de Tchétchénie (Russie) il y a 3 ans. Le père de la famille, Abou...
18.05.2017 - 10:40
L'association "Les Enseignants pour la Paix" va tenir son AG le Samedi 20 mai après-midi dans une salle de la Bourse du Travail de Saint-Denis. Elle a prévu de partager ce temps en deux parties, après un accueil dès 13h30 :— de 14h à 16h : Une audition de personnes invitées sur un même thème...
17.05.2017 - 20:19

DAL, GISTI, LDH, LOPPSI, dailleursnoussommesdici...

17.05.2017 - 17:42
10.05.2017 - 14:35
10.05.2017 - 14:55
10.05.2017 - 14:56
10.05.2017 - 14:57
10.05.2017 - 14:58
[ NE PAS CONFONDRE, avec la soirée du 15 juin 2017 au Trois Baudets, Paris ] [ Télécharger l'affiche ] ARTHUR H BIBI TANGA FLAVIA COEHLO GAËL FAYE feat. Samuel Kamanzi & Jenrian INFECTICIDE LA DAME BLANCHE LOST avec Camélia Jordana et Laurent Bardainne TÊTES RAIDES TIE & THE LOVE PROCESS...
gisti
05.06.2017 - 16:00
Marche vers le ministère « fantôme » du Logement   mercredi  24 mai, RV à 17h à Palais-Royal, Ligne 1

·      Arrêt des expulsions, respect de la loi DALO et du droit à l’hébergement ·     Réquisition des logements vacants ·  ...

dal
22.05.2017 - 15:07

Samedi 20 mai, 50 militant·e·s d’Attac, du DAL et du collectif « Nos droits contre leurs privilèges » ont mené une action symbolique devant la boutique LVMH de Saint-Germain pour alerter sur le danger des mesures fiscales annoncées par le nouveau Président de la République Emmanuel...

dal
22.05.2017 - 11:35
Un Chibani algérien de 87 ans, Monsieur DERHAMOUNE M'Hammed, est atteint d'une pathologie grave qui, malheureusement, engage son pronostic vital. A cette annonce, son épouse, qui réside en Algérie, est venue à son chevet récemment. Aux démarches qu'elle a pu entreprendre afin de rester aux côtés de...
gisti
22.05.2017 - 10:40
6 janvier 2017 : Interpellation et garde à vue de Françoise, René, Gibi et Dan. quelques heures après la relaxe de Pierre-Alain M. 16 mai 2017 : comparution devant le TGI de Nice. Communiqué de Roya citoyenne Le procureur a requis une amende avec sursis de 800€ pour chacun des quatre. Jugement en...
gisti
21.05.2017 - 21:05
L'association Terre d'errance a pris l'initiative d'une lettre ouverte au nouveau Président de la République, concernant les expulsions passées et à venir, revendiquant la nécessité de solutions alternatives à l'expulsion systématique des bidonvilles et des squats. Cette lettre a été co-signée par...
gisti
19.05.2017 - 18:20
La loi du 7 mars 2016 sur l'immigration et ses textes d'application ont modifié les conditions et les procédures pour l'admission au séjour et la protection contre l'expulsion des personnes étrangères gravement malades résidant en France. Ces changements nécessitent une actualisation des...
gisti
19.05.2017 - 13:14
Session de 2 jours, le 18 mai 2017 - [Autres Formations]
gisti
18.05.2017 - 08:30

COMMUNIQUE Paris le 17 mai 2017

Ci-gît le ministère du Logement

MACRON a fait la peau au ministère du Logement, réclamée notamment par les milieux de l’immobilier. Celui-ci disparaît (1), et son administration est rattachée au ministère de la Cohésion des...

dal
17.05.2017 - 17:42
Quand la Mairie de Toulouse empêche des parents d’élèves de se réunir…

Ce mardi 16 mai des parents d’élèves de l’école Matabiau ont été empêchés de rentrer dans les locaux de...

dal
17.05.2017 - 17:33
La procédure d'asile en France a, une nouvelle fois, été réformée en 2015. Malgré l'affichage d'une volonté de simplification, cette procédure reste complexe, technique et segmentée. Surtout, la réforme a pour principal effet de rendre plus difficile encore l'accès au droit d'asile. Qu'il s'agisse...
gisti
17.05.2017 - 16:36
CE, 12 décembre 2016, n°405475 TGI de Mamoudzou, 5-11-2016 et TA de Mayotte, 7-11-2016 Mayotte : rétention arbitraire de trois enfants 23-25 novembre 2016 : 5 audiences Éloignement exécuté entre le dépôt d'un référé liberté et l'audience du tribunal administratif Injonction à la préfecture à...
gisti
14.05.2017 - 17:48

 

Le 20 mai : la place est à nous ! Préparons nous à 1826 journées de résistance et d’alternatives !

 

La période qui s’ouvre sous la présidence de Macron nous impose...

dal
12.05.2017 - 18:04
Palais de justice, Cour d'Appel, Pôle 2 – Chambre 7, 10 Boulevard du Palais, 75001 Paris Vendredi 12 mai 2017, à 12h30 (début de l'audience à 13h30) SOUTIEN A CHRISTIAN ET FRANCOIS, POURSUIVIS POUR DELIT DE SOLIDARITE Depuis plusieurs mois, le nombre des militants inquiétés, assignés, poursuivis ou...
gisti
12.05.2017 - 11:30
Le 6 janvier dernier, Denko Sissoko, un jeune Malien de dix-sept ans s'est tué en sautant du huitième étage d'un centre d'hébergement dans lequel l'avaient placé les services de l'aide sociale à l'enfance du conseil départemental de la Marne. Comme tant d'autres mineurs isolés étrangers, Denko...
gisti
10.05.2017 - 17:11
1. Forensic Oceanography « Rapport sur le bateau abandonné à la mort » Carte de la trajectoire de la dérive du bateau 2. Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, rapports de Tirene Strik a. Rapport du 29 mars 2012 « Vies perdues en Méditerranée : qui est responsable ? » en français en...
gisti
10.05.2017 - 14:35
Plusieurs plaintes ont été déposées en Italie : 1 - Plainte déposée sans victime (particularité de la procédure italienne qui permet de déposer une plainte sans partie civile) : NB : il s'agit d'une particularité de la procédure italienne qui permet de déposer une plainte sans partie civile 1)...
gisti
10.05.2017 - 14:55
Plainte avec constitution de partie civile déposée le 17 juin 2013 Cette plainte a été suivie d'un non-lieu en novembre 2013 suite à un rapport de la Marine espagnole indiquant que les navires espagnols n'étaient pas à proximité du bateau échoué. -...
gisti
10.05.2017 - 14:56
Article paru dans J'essaime, n° 28, septembre 2014, par Karine Parrot Tribune parue sur le site de Mediapart, « Une juridiction européenne pour les migrants », 15 juillet 2014, par Olivier Clochard, Luca Masera, Karine Parrot et Claire Saas Extraits de l'ouvrage : FORENSIS ; The Architecture of...
gisti
10.05.2017 - 14:57
« Plus jamais ça » : la terrible litanie des réactions après les naufrages en Méditerranée, Slate.fr, 22 avril 2015 How a migrant boat was left adrift on the Mediterranean, 28 march 2012, Jack Shenker « They were told they would reach Lampedusa within 18 hours. It was 15 days before the survivors...
gisti
10.05.2017 - 14:58

D'autres sites... d'autres luttes !

Associations
   ademonice - http://ademonice.free.fr/
   anafe - http://www.anafe.org/index.php
   prochoix - http://www.prochoix.org/cgi/blog/
   icare - http://www.icare.to/main.php?fr
   memorial98 - http://memorial98.over-blog.com/
   REFI - http://refi.over-blog.org
   syllepse - http://www.syllepse.net/
   Raslfront-Isère - http://www.raslfront-isere.org/blog/index-557584.html
   Collectif Justice et libertés - http://collectifjusticeetlibertes.blogspot.fr/
   Observatoire du confusionnisme politique - http://confusionnisme.info

Syndicats
   CGT Finances - http://www.finances.cgt.fr/
   fgte-cfdt - http://www.fgte-cfdt.org/
   sgen-cfdt - http://www.sgen-cfdt.org/actu/sommaire.php3
   snpespjj - http://snpespjj.fsu.fr/
   solidaires - http://solidaires.org/
   spasmet-meteo - http://spasmet-meteo.org/solidr/index.php
   Solidaires Finances Publiques- http://solidairesfinancespubliques.fr

International
   LabourNet.de Germany - http://www.labournet.de/
   trend onelinezeitung - http://www.trend.infopartisan.net/inhalt.html

Les archives de VISA


Le temps
où VISA
était en papier