Il appartient aux syndicats de porter les luttes contre le fascisme et l'idéologie d'extrême droite

Qui sommes nous ?

VISA est une association intersyndicale composée d’une cinquantaine de structures syndicales : la FSU et plusieurs de ses syndicats, l’Union Syndicale Solidaires et plusieurs de ses syndicats, des fédérations et des syndicats de la CGT, de la CFDT, de la CNT, de l’UNEF et le syndicat de la Magistrature.

Lire la suite...

 

En bref

Dans un tract appelant à manifester contre la venue de Marine Le Pen le 19 avril à Marseille, les deux syndicats dénoncent le volet judiciaire du programme de la cheffe du Front National. Un exemple à suivre pour d'autres branches où l'appel nécessaire à faire barrage au Front National ne sera que renforcé par une dénonciation concrète de ses projets pour les salarié-e-s et/ou usagers concerné-e-s.
À Charlottesville (Virginie), samedi 12 août, Heather Heyer, militante antiraciste, est morte, écrasée par un assassin néo-nazi, en manifestant contre le rassemblement “Unite The Right” organisé par l’extrême droite qui voulait honorer la mémoire d’un esclavagiste, le général Lee.  Ce meurtre d’aujourd’hui n’est pas isolé, c’est le dernier d’une longue liste d’agressions et crimes fascistes aux Etats-Unis, comme dans le reste du monde et notamment en Europe (France, Grèce, Espagne). Ce meurtre a suscité l’indignation quasi-générale, comme en France où même le FN, en quête de respectabilité, a été obligé de prendre ses distances avec le président Trump qui renvoie dos à dos néo-nazis et militant-es antiracistes, après en avoir fait un modèle.  Mais au-delà de ces condamnations morales de ce qui s’est passé « outre Atlantique » et qui serait « incompréhensible vu d’ici »,...
Le Syndicat National des Journalistes (SNJ), première organisation de la profession, tient à apporter son total soutien à Julie Hainaut. Cette journaliste subit depuis le 12 septembre un torrent de menaces et d’injures immondes, suite à la publication d’un article critique sur un bar dans l’hebdomadaire lyonnais Le Petit Bulletin.   Sous le titre « Lyon : une pute à nègres féministe veut détruire un bar à rhum ''colonialiste'', mobilisation ! », un organe qui se qualifie lui-même de « site le plus raciste de la fachosphère » n’hésite pas à la traiter de « femelle négrophile » ou de « hyène terroriste » avant de s’en prendre à la « vaginocratie négrophile », de demander l’adresse de cette consœur - une menace lourde de sens - et d’appeler à inonder son mail et son compte twitter.   Admettre qu’une journaliste professionnelle, qui n’a fait que son...
  La CGT 34 et l'UL de Beziers, avec Solidaires et FSU 34 viennent de lancer, avec les organisations féministes locales, une pétition appelant le préfet à retirer les affiches violentes et sexistes placardées partout par Robert Menard. Il semble en effet très important de construire un rapport de force en partant des habitant.es et salarié.es de Beziers et de sa région.   La répression va être rude, surtout pour la camarade de Beziers, il est donc essentiel que cette pétition fasse un tabac.   Une mise à jour ser faite au fur et à mesure pour annoncer les soutiens d'organisations ou d’élu.es.   Merci de signer et de diffuser cette pétition en cliquant ici
"Contre le racisme et la xénophobie, antifasciste tant qu’il le faudra". C’est l’un des chants que scandent, ce mardi depuis 8h, les personnes rassemblées contre le groupuscule identitaire la Ligue du Midi, jugé ce matin pour avoir saccagé, le 30 juin dernier, les locaux de l’association Réseau Accueil Insertion Hérault, une association qui aide les mineurs isolés, pour le compte du Département.   Suite à l’appel d’une quinzaine d’associations - dont la Section de Montpellier de la Ligue des Droits de l'Homme, Amnesty International, Esprit Libre 34, ou encore Sud Santé Sociaux / Solidaires - entre 70 et 80 personnes ont répondu présent à ce rassemblement, selon la Gendarmerie.   Pour Daniel Martin, directeur du Réseau accueil insertion Hérault (RAIH), il s'agit d'un "groupe identitaire, raciste bien évidemment, qui voulait s’attaquer au fait que notre association s’occupent de mineur isolés...
Appel unitaire "Fermons l'Arcadia, local fasciste à Strasbourg" Deuxième manifestation le 20 janvier 2018 L’Arcadia, local/bar du mouvement néo-fasciste "Bastion Social" qui a officiellement succédé au GUD, a été inauguré à Strasbourg le 9 décembre. Le même jour, une manifestation forte de 400 personnes avait alors défilé dans les rues de la capitale alsacienne pour refuser l’implantation de ce local. Nous soulignions alors qu’en prétendant lutter contre la misère sociale, les fascistes entendaient surtout disposer d’un QG pour la préparation d’agressions.    Et nous avions malheureusement raison : le soir même de l’inauguration, un jeune homme d’origine algérienne a été violemment agressé par un groupe de vingt personnes. Deux ont été arrêtées et jugées : l’une d’elle, Thomas Beauffet, une figure de premier plan du Bastion Social à Strasbourg, a été condamné à huit mois de prison ferme.  En...
  Communiqué de la fédération Solidaires étudiant-e-s, émanant de sa commission Antipatriarcat, au sujet du harcèlement ciblé dont sont victimes depuis 2 jours des militantEs féministes et antiracistes.   Depuis le matin du 8 janvier 2018, sur les réseaux sociaux (Facebook et Twitter) la page "Memes royalistes" une page d’extrême droite a annoncé "faire des révélations sur l’UNEF", et a publié des captures d’écrans de tweets de militantEs (femmes racisées) de l’UNEF, en citant leurs noms prénoms et pseudo, incitant de ce fait a un harcèlement ciblé sur ces personnes. Depuis, plusieurs autres camarades de l’UNEF et de Solidaires étudiant-e-s ont également fait les frais de cette abjecte méthode militante d’intimidation.   Les propos cités étaient à chaque fois des tweets dénonçant des oppressions qu’elles subissaient et qui ont été qualifiés par des individus, en majorité d’extrême droite, et certains...
Vous pouvez signer la pétition en ligne par ici. Stopper l’extension d’une porcherie sur le site du camp de concentration de Septfonds Monsieur le Président de la République   Nous sollicitons votre intervention pour empêcher  qu’un « crime de lèse-mémoire » soit commis à l’encontre d’un haut-lieu historique du Tarn-et-Garonne : le site du camp de concentration de Septfonds (lieudit de Judes) risque d’être souillé par l’extension d’une porcherie familiale qui prévoit d’élever dorénavant 6 500 animaux par an.           Sur ce terrain, réquisitionné en mars 1939 pour être transformé en camp de concentration, ont été enfermées environ 30 000 personnes, dans des conditions infrahumaines et sans procès ; 90 % étaient des soldats de l’armée républicaine espagnole, d’autres des soldats de l’armée polonaise et d’autres encore des civils juifs. Un certain nombre des...
Communiqué commun CFDT, CFE-CGC, CGT, FO, FSU, Solidaires et UNSA   La conférence de presse qui a suivi la rencontre des chefs d’État français et turc a permis de mettre en lumière les manipulations de l’opinion publique par les détenteurs du pouvoir politique à Ankara afin de parvenir à l’instauration d’un régime autoritaire.   Les purges et les licenciements massifs de salariés et de fonctionnaires, les violations quotidiennes des droits fondamentaux de l’Homme continuent sans relâche en Turquie. L’état d’urgence, en vigueur depuis dix-sept mois dans tout le pays, était l’opportunité pour le président Erdogan de promulguer 30 décrets-lois en contradiction, tant sur la forme que sur le fond, avec la Constitution turque.   Dernier en date, un décret-loi du 24 décembre, a entraîné le limogeage de plus de 2 700 personnes. Toutes sont accusées soit d’appartenir, soit d’être liées à des organisations «...
NON A L’OUVERTURE D’UN LOCAL FASCISTE A CHAMBERY !   Le mouvement néo-nazi « Bastion Social », anciennement Edelweiss Pays de Savoie, inaugurera son local "l’Edelweiss", situé entre le 169 et le 187 Avenue de Lyon à Chambéry, le 3 février prochain.   Ne voulant plus se limiter à être un "club de ratonnade", les fascistes savoyards tentent de se reconvertir dans la "solidarité" entre "bon français" blancs.   Sous couvert de récupérer la lutte contre la misère sociale et le mal- logement, les fascistes entendent surtout disposer d’un lieu pour la préparation d’agressions. Devons-nous rappeler les violences d’extrême droite quasi quotidiennes dans le Vieux Lyon, l’attaque violente sur un concert militant le 20 octobre dernier à Chambéry (par les mêmes personnes qui ouvrent ce lieu), ou encore l’agression raciste LE SOIR MÊME de l’ouverture d’un local du «...
Exclusion des sans-papiers précaires du bénéfice des réductions tarifaires dans les transports : la justice condamne une mesure discriminatoire   Au début de l’année 2016, le Conseil régional d’Ile-de-France [1] puis, dans la foulée, le STIF (désormais "Ile de France Mobilités") [2], ont décidé de refuser toute réduction tarifaire sur les transports aux personnes étrangères bénéficiaires de l’aide médicale de l’État (AME).   Cette mesure, en vigueur depuis deux ans, a rendu encore plus précaires ces personnes déjà parmi les plus vulnérables en leur imposant davantage d’obstacles pour la reconnaissance de leurs droits : comment désormais se déplacer pour aller travailler, pour aller dormir dans les éventuels centres d’hébergement vers lesquels l’orientation est souvent décidée au jour le jour, pour accompagner leurs enfants à l’école, pour se rendre dans les centres de soins ou encore à la préfecture pour accomplir les...
L’extrême droite n’a pas sa place ni dans les cortèges syndicaux   Ni nulle part ailleurs !    L’exigence de justice sociale qui s’exprime partout en France, face à la multiplication des attaques du gouvernement aux ordres du patronat, appelle à la mobilisation massive des salariés, des agents de la fonction publique et des services publics, des retraités, des privés d’emploi et de la jeunesse.  C’est dans ce contexte que du « Front National » aux « Patriotes », en passant par différents mouvements favorables au « Frexit », des organisations identitaires, xénophobes et racistes se travestissent en pseudo-alliés et soutiens des travailleurs en lutte. Leurs ambitions politiques sont en totale opposition avec nos valeurs, notre aspiration de transformation sociale, nos combats syndicaux pour une société plus juste, plus solidaire, accueillante et fraternelle.  Toutes ces organisations ne font...
Une manifestation, regroupant largement des organisations syndicales, des associations et collectifs, ansi que des partis politiques, se tiendra à Lyon le 26 mai 2018 à 14h30, place des terreaux. Les organisations signataires appellent à amplifier la mobilisation populaire contre le Bastion social et l'extrême droite en général qui sévit sur la ville.  

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander

 


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander

 


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS


Retrouvez VISA
sur Facebook

 

Des outils pour lutter
contre l'extrême droite

- Des livres

Les extrêmes droites en France
- édition Syllepse -
Par Jean Paul Gautier
 

 

Dictionnaire de l'extrême droite
- édition Larousse -
Collection "à présent"
 

 

Jacques Leclerq :
" dictionnaire de la mouvance droitiste
et nationale de 1945 à nos jours "

Michel Briganti, André Déchot et Jean-Paul Gautier
" LA GALAXIE DIEUDONNÉ "
Pour en finir avec les impostures.

Pour commander
Editions Syllepse

AUBE DORÉE. LE LIVRE NOIR DU PARTI NAZI GREC
Auteur: Psarras Dimitris

Pour commander
Editions Syllepse

- Des vidéos

"Aujourd'hui comme hier, combattre l'extrême droite"

Le documentaire "Aujourd’hui comme hier,
combattre l’extrême droite - Histoire croisée
du syndicalisme et de l’extrême droite"
a été réalisé par l'IHS-CGT, dans le cadre
de la campagne CGT-Solidaires-FSU-Unef-FIDL-UNL
« Combattre l’extrême droite, ses idées, ses pratiques »
initiée le 29 janvier 2014 à la Bourse du travail de Paris.
Ce documentaire de 11 minutes peut être utilisé dans
le cadre de formations, de débats, de réunions publiques
et permet de se réapproprier l'histoire de la lutte
antifasciste d'un point de vue syndical.

 

"LE FN aux affaires"

Une enquête menée dans deux villes du Var :
Fréjus et Cogolin, un an après les élections
municipales de 2014.

 

"Bassin miné"

un documentaire d’Edouard Mills-Affif,
qui suit la scène politique locale de Hénin-Beaumont
depuis plus de dix ans.

http://www.bassinmine.com/

Mains brunes sur la ville

Quand l’extrême droite est au pouvoir

MAINS BRUNES SUR LA VILLE – 90 min
Documentaire de Bernard Richard.

Pourquoi des citoyens accordent-ils leur confiance à l’extrême droite, et comment celle-ci se maintient-elle au pouvoir ?(doc tourné pendant la campagne des cantonales de 2011 à Orange et Bollène)

Pour organiser une projection : Tel : 06 25 52 76 74 - Mail : victor.fuvel@free.fr

Aube dorée, une affaire personnelle

Un doc sur le parti néonazi grec accessible gratuitement en ligne !
 

Le livre de Dīmī́trīs Psarrás 'Aube dorée: Le livre noir du parti nazi grec’ (éditions Syllepse), utile complément à ce documentaire peut être commandé (10 €) à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS.

Guerre de position à l’extrême droite : le Front national à la recherche d'une ligne politique

 
Visa remercie Jean Paul Gautier, historien spécialiste de l'extrême droite, pour son autorisation de publier cet article. Ce texte a été rédigé avant et après le départ de Philippot. Cela explique l'utilisation du présent de l'indicatif à l'évocation de certains membres du Fn qui l'ont quitté récemment.
- 0 -
 
Déstabilisé par sa défaite à l’élection présidentielle, analysée par Bruno Mégret comme « l’échec d’une stratégie » et qualifiée par Jean-Yves Le Gallou de « fiasco intégral », le Front national voit les difficultés s’amonceler. Le vaisseau frontiste tangue et les couteaux sortent du placard. 
 
Marine Le Pen semble affaiblie : cacophonie sur la question de l’ Euro, retrait de Marion Maréchal Le Pen de la vie politique, ratage de son face à face télévisé avec Emmanuel Macron (Marine Le Pen semblait bien loin du slogan « La France apaisée »), fronde contre Florian Philippot et son équipe accusés de sectarisme et jugés responsable du « virage à gauche » du parti, vie interne sclérosée, remise en cause de l’organisation, manque de démocratie (1).
 
Depuis sa création, la culture du débat et de la démocratie a toujours été remplacée par l’obéissance au chef avec exclusion des opposants (2). Marine Le Pen a repris l’autocratisme de son père. La question « de la profonde transformation », promise par la présidente, est renvoyée au prochain congrès qui devrait se tenir en 2018.
 
La crise apparait complexe à plusieurs niveaux
 
Le Front national est confronté à une crise complexe qui touche tout à la fois :
 
- le programme économique et en particulier la question de l’Euro chère à Florian Philippot, pour qui « sans monnaie nationale, pas de patriotisme économique, pas de contrôle possible sur notre démocratie ». Certains dirigeants, dont Gilbert Collard, considèrent qu’il faut prendre acte du rejet des Français concernant la sortie de l’Euro et que « pour nous, la question de l’Euro est terminée, le peuple a fait son référendum dimanche dernier » (second tour de l’élection présidentielle),
- la formation d’un front anti Philippot,
- le fonctionnement du parti, 
- la remise en cause du "marinisme", 
- aux affaires judiciaires (attachés parlementaires à Strasbourg, accusation de surfacturation des campagnes électorales via des sociétés gérées par des anciens du GUD, groupuscule fasciste, et proches de Marine Le Pen (Axel Loustau, Frédéric Chatillon),
- et enfin aux problèmes financiers qui nécessitent le lancement d’un "emprunt patriotique ".
 
Tout cela compose un cocktail qui peut rapidement devenir explosif.
 
Le cas Philippot, quand le numéro 2 veut devenir le calife
 
Assez  impopulaire, au sein du Front national, sa ligne est de plus en plus contestée, car considérée comme « gauchisante ». Frédéric Pichon (vice-président du SIEL, groupuscule souverainiste) déclare sur le site Boulevard Voltaire  qu’ « il est temps d’en finir avec la ligne Philippot ». 
 
Florian Philippot, qui peut compter sur sa garde rapprochée, souffle sur les braises. Il menace de quitter le parti si la question de la monnaie unique passe aux oubliettes. Pour Nicolas Bay, secrétaire général du Fn, il s’agit « d’un chantage mal venu ». 
 
Sans prévenir les instances, Philippot a lancé sa propre structure « « Patriotes », présentée comme une boite à idées pour refonder le parti. Certains frontistes, dont Richard Sulzer (économiste du parti) considèrent que par cette action « il s’est placé de lui-même hors du parti ». Pascal Gannat (ancien président du groupe frontiste au Conseil régional des Pays de Loire) enfonce le clou : « comment celui qui a initié la machine à perdre peut-il créer une boite à idées pour gagner après, il aurait fallu s’y prendre avant… Le Front national doit être un parti de droite qui combat la gauche ». 
 
Jean-Yves Le Gallou (ex dirigeant du Fn et du Mnr de Bruno Mégret) se demande « ce qui sépare Florian Philippot de NKM et de Bruno Le Maire ». 
 
Au cours de son histoire, le Front national a montré que le numéro 2 est dans les faits placé sur un siège éjectable. Bruno Mégret, Carl Lang, Bruno Gollnisch en ont fait les frais avant lui. Florian Philippot pourrait bien se voir remercier. Cependant, la situation semble plus compliquée qu’il n’y parait. En effet, la ligne Philippot a porté ses fruits dans le Nord et il parait difficile de convaincre un électorat du bien fondé d’un retour à la ligne prônant un libéralisme économique, comme à l’époque où Jean-Marie Le Pen se prenait pour le Reagan français…
 
Florian Philippot défend une ligne de « dédediabolisation » et « sociale-souverainiste » (suivie  depuis 2011, par Marine Le Pen) et s’oppose aux tenants d’un retour à une ligne identitaire. D’après Sylvie Montel, vice-présidente des « Patriotes » et qui a été sanctionnée par les instances frontistes, il faut arrêter le discours « anxiogène » sur l’immigration. Cette dernière a sans doute oublié qu’en 1995, à la suite de Jean-Marie Le Pen, elle défendait « l’évidente inégalité des races ». Pour certains philippotistes, tel Julien Acard (conseiller régional Bourgogne-Franche-Comté, dernièrement suspendu du Fn) « le Front national est mort. Il faut le débrancher » et le transformer en « un parti dédié à la défense des classes moyennes et populaires… et revenir à une monnaie nationale ».
 
Florian Philippot s’est décidé à claquer la porte du Front national le 21 septembre. Cette démission met fin aux tensions entre la présidente et sa garde rapprochée et Florian Philippot. Ce dernier est jugé responsable de l’échec de la campagne présidentielle et surtout du débat calamiteux de l’entre deux tours entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen et semble avoir servi de fusible et de bouc-émissaire. Florian Philippot accuse le mouvement de « relepénisation » et de « régression terrifiante ». En effet, lors de son discours de Brachay, le 9  septembre, Marine Le Pen a réaffirmé les fondamentaux du Front national ( immigration, anti islamisme, défense de l’identité, …), tout en jouant  le «  ni droite, ni gauche, (cf discours de Toulouse le 23/09). Un retour aux années noires pour Florian Philippot. Deux lignes s’affrontaient et la cheffe a tranché. C’est le retour d’une ligne plus droitière avec la montée en puissance d’ex mégretistes : Nicolas Bay et surtout Philippe Olivier. Florian Philippot est parti vers d’autres cieux, mais lesquels ? S’affirmant gaulliste, il affirme sa volonté de «  chercher à réunir les patriotes de tous bords ». Un appel du pied à Nicolas Dupont-Aignan qu’il s’est  dépêché de rencontrer. Dans la foulée, il a annoncé la création d’un groupe « Les Patriotes », avec Sophie Montel, au conseil régional de Bourgogne- Franche-Comté. Son staff, quelques cadres et une trentaine d’ élus lui ont pour le moment emboîter le pas. Il a annoncé la tranformation des «  Patriotes » en parti ( ce qui lui permet de recevoir des dons et de présenter des candidats contre le Fn). Au niveau européen, il veut s’allier avec Nigel Farage (fondateur de l’ Ukip)  et rejoindre le groupe qu’il préside  (Europe de la liberté et de la démocratie directe, ELDD). Ce groupe est un attelage composite, souverainiste, qui accueille également le Mouvement 5 Etoiles dirigé en Italie par Beppe Grillo
 
Marion Maréchal-Le Pen prend sa retraite
 
Pour le mouvement l’annonce faite par Marion Maréchal-Le Pen de son retrait de la vie politique est un coup dur et représente la perte d’un poids lourd (3).
 
Très populaire dans le parti, élue en tête des candidats au Comité central, elle représentait la ligne « libérale-conservatrice ». Opposée au « Ni Droite - Ni Gauche » prôné par le tandem Marine Le Pen - Florian Philippot, elle a défendu une ligne clairement ancrée à droite. 
 
Elle s’est d’abord adressée à la presse locale, puis à TVLibertés (webTV dirigée par des ex frontistes, membres du ' Parti de la France ' de Carl Lang, anti marinistes favorables à Jean-Marie le Pen) et elle a accordé un long entretien à l’hebdo de " la droite décomplexée ", 'Valeurs actuelles', titré « le testament politique de Marion Maréchal-Le Pen ». 
 
Elle a toujours marché sur deux jambes : enracinement local et ancrage à droite. Derrière des difficultés personnelles, son départ traduit aussi une opposition à la ligne politique actuelle. 
 
Elle a toujours mis en avant la question identitaire, déclarant que « l’identité représente l’enjeu essentiel de la civilisation ». La question « est de savoir comment conserver, vivifier, transmettre ce ciment social ». Pour elle, la question identitaire permet de transcender les clivages et relie les deux électorats conservateur et populaire. D’autre part  le libéralisme économique doit représenter le modèle économique à défendre en régulant la mondialisation. Une position qui est en opposition totale avec la ligne pro étatique actuelle du mouvement. 
 
Autre question clivante, comment arriver à dépasser le fameux « plafond de verre » qui bloque la progression du parti ? Marion Maréchal se déclare favorable à une «  Union patriotique » qui serait « plus une réunion des hommes que des partis ». Il existe, pour elle, une « zone blanche » dans laquelle se trouvent certains courants conservateurs présents chez Les Républicains, chez Dupont-Aignan (l’éphémère potentiel Premier Ministre en cas de victoire de Marine Le Pen), Philippe de Villiers, des élus et des cadres de droite et le Front national. Dans cette « zone blanche » il y a une recomposition à opérer et Laurent Wauquiez, membre des Républicains, soutien de La Manif pour Tous, pourrait être un interlocuteur potentiel. Elle estime que « la Droite a été depuis des années sous le poids psychologique de la Gauche, le poids du Front national la force à se repositionner » et ajoute que « face aux dirigeants politiques actuels qui ne se reconnaissent plus à l’échelle nationale mais à l’échelle mondiale et dont Emmanuel Macron semble actuellement le meilleur représentant (ultra  fédérateur européen soumis à l’Allemagne, représentant d’une politique immigrationniste), seuls les Patriotes défendent l’enracinement ». 
 
Robert Ménard (maire de Béziers) qui regrette le départ de Marion Maréchal-Le Pen chante le même refrain et veut un renouvellement du Front national de la cave au grenier ciblant ainsi la présidente. Dernièrement est apparu un nouveau mensuel "L’ Incorrect" dont le but est de jeter des ponts entre les droites et d’en faire "une maison commune", si l’on en croit Arnaud Stephan, directeur de la communication et ex attaché parlementaire de Marion Maréchal Le Pen. Son directeur de publication, Jacques de Guillebon est un catholique traditionnaliste, il a rédigé certains discours de Marion Maréchal Le Pen et déclare « poursuivre le marionisme par d’autres moyens (…) dans la ligne de son testament politique (…) la stratégie victorieuse réside dans l’alliance de la bourgeoisie conservatrice et des classes populaires ». On retrouve dans cette publication un attelage formé de "marionistes", de "marinistes", d’identitaires, le tout financé par deux membres de « l’ Avant-Garde » (boîte à penser de Charles Million) à savoir Charles Beigbeder et Laurent Meeschaert.
 
Le Front national arrive-t-il au bout du Front national ? Marine Le Pen saura-t-elle le faire évoluer ?
 
La crise est à la fois profonde et paradoxale. En effet, avec presque 11 millions de voix au deuxième tour de l’élection présidentielle, le Front national a pulvérisé tous les records. Cependant, un sentiment de ressenti s’est développé puisque sa candidate a raté la marche de l’Élysée. Ce ressenti, d’après un cadre du parti « c’est que nous avons échoué. Et c’est le ressenti qui compte ». 
 
Un certain nombre de circonscriptions semblaient gagnables lors des législatives. Cependant, vu l’impact de la campagne présidentielle, les dirigeants avaient revu les estimations à la baisse et tablaient sur une quinzaine de députés dont Marine Le Pen ce qui aurait rendu possible la formation d’un groupe parlementaire. Pour certains dirigeants, il fallait « garder le discours lisse » et « régler les questions après les législatives ». Nicolas Bay commençait alors à développer un discours plus "pro-business" et moins anxiogène sur l’Europe. 
 
Lors des deux scrutins (présidentiel et législatif) le Front national est passé à côté de ses objectifs. Plusieurs raisons peuvent être avancées. Les divisions internes et la campagne ratée, les législatives confirmant la présidentielle. Le Front national a toujours fait moins bien aux législatives qu’à la présidentielle (en 2012 : 18% à la présidentielle et 14% aux législatives). Le mode de scrutin continue de bloquer le Front national qui ne parvient pas à nouer des alliances pour pouvoir passer des accords au second tour et possède donc très peu de réserve de voix. Cependant, il faut noter que le nombre de députés frontistes passe de 2 à 8 (dont une apparentée : Emmanuelle Ménard), et ce sans aucune triangulaire. 
 
Pour tenter de sortir de l’impasse, Marine Le Pen a réuni les 21 et 22 juillet 2017 un séminaire dit de "réconciliation", car  elle n’entend pas « laisser le chaos s’installer » dans son parti. Un séminaire qui selon Jean-Lin Lacapelle (responsable des fédérations) s’est tenu sous « le sceau de la confidentialité ».  
 
Florian Philippot a dégainé le premier en publiant une tribune dans Le Figaro le 17 juillet dans laquelle il réaffirme sa ligne et particulièrement la question de la monnaie unique : « des voix s’élèvent au sein de notre mouvement pour restreindre l’essentiel de nos prises de parole sur quelques sujets dits "fondamentaux" à savoir l’immigration, l’insécurité et l’islamisme. Ce serait une erreur fatale ». 
 
En face, Nicolas Bay se déclare favorable au retour du triptyque « insécurité, immigration, identité », véritable fond de commerce électoral du parti. Il faut mener « un combat frontal face à l’idéologie globale, libérale-libertaire » et retourner à la ligne identitaire, anti immigré, de dénonciation de l’islam, de défense de la famille, du libéralisme économique et en défense des PME. 
 
Hervé Lépineau (proche de Marion Maréchal-Le Pen) tire le bilan de l’échec du mouvement « le boulevard électoral était sur notre droite et les coups de volant n’ont eu de cesse de nous conduire vers la gauche pour finir dans une impasse ».
 
Pour une partie des cadres, l’échec du Front national réside, entre autre, « dans l’incapacité à avoir fait la démonstration que l’élection présidentielle revêtait effectivement une dimension civilisationnelle ».
 
D’après Jean Messiha (économiste du Front national) « il est faux de prétendre que l’électorat populaire vote Fn pour le social. Le Fn n’a pas le monopole sur ce point. Il vote pour l’identité ». Les faits semblent lui donner raison, pour 95% des sympathisants du Fn, il y a trop d’étrangers en France, 94% ne se sentent plus chez eux et pour 91% les immigrés ne font en général pas d’effort pour s’intégrer en France. L’électorat frontiste apparait comme soudé sur des thèmes sur lesquels le Front national est jugé crédible. Certains cadres en déduisent que ces sujets sont la préoccupation centrale des Français. Le Front national doit donc changer son fusil d’épaule. 
 
Frédéric Pichon caractérise le discours sur l’Euro de Florian Philippot comme « anxiogène (…) l’élément fédérateur c’est la défense de l’identité, le refus de l’immigration et de l’islamisation, pas la sortie de l’Euro ». Quant à Jean-Lin Lacapelle, dans l’état actuel des choses « la souveraineté monétaire n’est pas une priorité. La première chose à faire, c’est sortir de Schengen pour retrouver nos frontières ». La question de la monnaie unique est ainsi renvoyée en fin de quinquennat. 
 
A la sortie du séminaire, le Front national publie un communiqué dans lequel le parti insiste sur l’importance accordée à la souveraineté de la nation, qualifiée d’« objectif fondamental de notre mouvement politique ». Il faut « retrouver de manière successive et sur la durée d’un quinquennat nos différentes souverainetés en commençant prioritairement par la souveraineté territoriale et donc la maîtrise de nos frontières migratoires et commerciales ». 
 
L’hebdomadaire Minute considère que ce séminaire n’a rien réglé, le Front national ayant fait « un pas en avant, un pas en arrière ». Cependant un tel discours peut rencontrer un certain écho chez une partie des Républicains et d’un électorat de droite que les accents étatistes gênent plus que le crédo xénophobe du Front national. D’autant plus que Laurent Wauquiez, prenant la tête des Républicains, pourrait être un candidat sérieux si l’on suit Jean-Marie Le Pen  pour qui il représente « un danger réel de concurrence », car comme Nicolas Sarkozy, « il peut venir chasser sur nos terres…C’est le candidat le plus redoutable ».
 
Le parti se trouve face à trois scénarios
 
Le premier d’entre eux serait celui d’un Front national qui ne parvenant pas à se transformer significativement, déclinerait progressivement. Les autres forces de droite s’appuyant sur l’échec de Macron et la recomposition à droite suite à l’explosion des Républicains pourraient donner naissance à un arc de coalition dans lequel le Front national serait une composante et à une nouvelle force politique : une union des droites prônée par Marion Maréchal Le Pen.
 
Le second consiste à n’entreprendre qu’un simple lifting portant sur un changement de nom et quelques assouplissement au niveau fonctionnement, une «  refondation de façade ».
 
Enfin, dernier scénario, celui d’une refondation réussie débouchant, après consultation des adhérents, sur un mouvement profondément rénové, un « Nouveau Front » avec un projet politique axé sur les questions identitaires et abandonnant la ligne Philippot en réinvestissant la thématique du libéralisme économique avec un fonctionnement rénové, « démocratique ». C’est ce que semble traduire le discours de Brachay du 9 septembre 2017 : un parti développant une politique d’alliances et apparaissant crédible.
 
Marine Le Pen entend s’affirmer comme la cheffe et comme opposante numéro 1 à Macron (place occupée actuellement par Mélenchon) et faire du Front national la principale force d’opposition. 
 
Comme en politique il ne faut jamais désespérer de rien, Jérôme Rivière (ex UMP rallié au Front national) veut apporter un peu de baume au cœur de Marine Le Pen et quelques conseils : « en 1988 Chirac se plante à la présidentielle alors qu’on le voyait gagnant…Tout le monde se dit qu’il n’arrivera jamais à rien. Mais en 1995, la droite gagne les élections législatives et là plus personne ne rigole. Chirac passe de con à champion parce qu’il a maintenu son autorité sur le parti tout en autorisant un débat parfois violent … Je dis à Marine Le Pen qu’on peut suivre le même chemin ».
 
Marine Le Pen arrivera-t-elle à faire prendre un nouveau tournant au Front national ? La ligne « libérale-identitaire » prônée par Nicolas Bay va-t-elle l’emporter sur la « ligne sociale-souverainiste » défendue par Florian Philippot ? Le Front national parviendra-t-il à fédérer autour de lui ?
 
Quelle que soit  l’issue de la « refondation » et du prochain congrès, les idées xénophobes du Front national ont largement imprégné l’opinion publique et le danger demeure.
 
Jean-Paul Gautier, historien
 
De Le Pen à Le Pen, continuités et ruptures, Syllepse, 2015
 
(1) Aucune réunion du Comité central renouvelé depuis 2014, absence de réunion du Bureau politique  depuis 2016. Il est vrai que Jean-Marie Le Pen en est membre de droit et les relations entre la présidente, l’équipe de direction et le « Président d’honneur » sont très tendues.
 
(2)  Ainsi en 1998-1999 l’exclusion les partisans de Bruno Mégret, à partir de 2002 la purge interne menée par Jean-Marie Le Pen et l’exclusion de Carl Lang, le refus du débat entre Bruno Gollnisch et Marine Le Pen pour l’élection du nouveau président en 2011, Marine Le Pen déclarant que « ce type de pratique, ce n’est pas le genre de la maison ».
 
(3) Désolé pour Jean-Yves Le Gallou qui réclamait le 19 janvier 2017 sur Boulevard Voltaire « Philippot au poteau, Marion au balcon ! ». 
 
 
 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Lors de l'AG annuelle de VISA du 9 décembre dernier, nous avons décidé de baisser les tarifs de vente du tome 2 à 5€ l'unité et jusqu'à 2€ pour les commandes supérieures à 500 exemplaires (voir tableau ci-après).

« Lumière sur mairies brunes » tome 2, c'est 236 pages et autant d'arguments contre l'extrême droite. Ce deuxième tome « lumière sur mairies brunes » couvre la période allant de juin 2015 à juin 2017. Il regorge d’informations sur les pratiques municipales plus ou moins radicales de l’extrême droite et illustre ainsi tous les reculs sociaux qu’elle provoque lorsqu'elle exerce le pouvoir.

Passez commande en l'adressant par courrier avec le chèque à : VISA 80-82 rue de Montreuil 75011 PARIS

Merci d'indiquer votre nom, adresse et téléphone.

Pour calculer le montant de votre commande avec les frais de port, consulter le tableau en fin d'article. Livraison gratuite sur Paris - Ile de France et PACA.

Il faut veiller à ce que le combat contre l'extrême droite ne passe pas après les luttes syndicales au prétexte qu'elle a été battue aux présidentielles et qu'elle n'a obtenue «que» 9 députés.

Il faut continuer de lutter, sans relâche et avec la même force, contre les politiques libérales, notre adversaire qui fait aussi monter le FN, et contre le fascisme, notre ennemi historique.

 

Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes - 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Les brochures de VISA

Cliquez sur une brochure pour voir les conditions de commande.

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous contacter...

assovisabis@gmail.com

Les formations
proposées par VISA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"droites extrêmes" Blog Le Monde

Le virage sur l’aile est serré. Un peu moins de deux ans après les élections régionales de 2015, Olivier Bettati, qui menait la liste Front national dans les Alpes-Maritimes, assure aujourd’hui qu’il n’était à l’époque… qu’une « tête de liste divers droite » pour le...

09.11.2017 - 12:40

Fil d'informations RESF

24.05.2018 - 19:42
24.05.2018 - 19:47
22.05.2018 - 07:45
19.05.2018 - 08:53
19.05.2018 - 00:01
18.05.2018 - 13:35
18.05.2018 - 12:29
18.05.2018 - 11:06
Elisha 8 ans, Anastasia 5 ans, Haniel 3 ans ont besoin de votre soutien pour rester en France, poursuivre leur scolarité et avoir un hébergement. Cette famille nigériane, arrivée en France en 2012, est venue en Gironde en mai 2015 et a été dirigée vers Bègles. Anastasia et Haniel sont nés en France...
24.05.2018 - 19:42
24.05.2018 - 19:47
Pour clore la semaine interculturelle du collège Guérin de Lunéville, un Spectacle Rrom à ne pas manquer. Pour clore la semaine interculturelle que le collège Ch.Guérin organise du 28/05 au 01/06, un spectacle exceptionnel aura lieu à la MJC Jacques Prévert le dimanche 3 juin à 15h. Il s'agit de la...
22.05.2018 - 07:45
Manifestation devant la préfecture Mercredi 23 mai à 15h
21.05.2018 - 06:51
Avec Clémence Lormier (La Cimade) et l'Auberge des Migrants 1- Journal Lycéens et jeunes en rétention, expulsions d'exilés soudanais, une jeune femme morte dans la Durance à proximité de Briançon ... Télécharger 2018-05-16%20RESF%20sur%20FPP%20474%20-%201%20Journal.mp3 ( 12.7 Mo ) 1- Journal...
19.05.2018 - 13:53
Samedi, 26 mai Déroulement de la manifestation du 26 mai. Rendez-vous à 14h Place Dombasle à Nancy, pour un départ à 14h30. .... Parcours : Départ - Place Dombasle / Arrivée – Place Stanislas (en passant devant la Gare). La manifestation joindra le Cercle de Silence mensuel de RESF, à l'arrivée...
19.05.2018 - 08:53
19.05.2018 - 00:01
Le premier pique-nique 2018, c'est le 24 juin sur les bords du lac Daumesnil ligne 8 métro Porte dorée / sortie Parc zoologique RDV 12h précises à la sortie du métro
18.05.2018 - 13:35
Je suis parti de mon pays d'origine suite à de graves problèmes de famille. Je ne savais pas où j'arriverai. Après un parcours très difficile, je suis finalement arrivé en France au mois de mai 2014. J'ai été pris en charge par l'ASE (aide sociale à l'enfance) comme la plupart des jeunes isolés qui...
18.05.2018 - 12:29
« La France doit être une chance pour tous », promesse du candidat Macron. Non tenue. Ils sont plusieurs centaines, voire quelques milliers, en Ile-de-France mais aussi dans tout le pays. Des élèves, garçons et filles, que rien ne distinguerait de leurs camarades si leur vie n'était gâchée par leur...
18.05.2018 - 11:06

DAL, GISTI, LDH, LOPPSI, dailleursnoussommesdici...

Petit Déjeuner Un Toit Pour Apprendre! RDV ce jeudi à 7h30 devant l’Ecole Monge, Toulouse !

 

Des familles mises à la rue, d’autres menacées d’expulsion, certaines...

dal
23.05.2018 - 17:26

COMMUNIQUÉ Paris le 21 Mai 2018 14h  

 

Violation du droit à l’hébergement : LA COUPE EST PLEINE !

...

dal
22.05.2018 - 17:49

ROUEN

19 mai 2018

 

Sous un beau soleil, le DAL a soutenu une manifestation contre les expulsions, le non-logement et/ou le non-hébergement de près d...

dal
22.05.2018 - 16:50
« Et de fait, rien peut-être ne rend plus sensible le formidable recul qu'a subi le monde depuis la Première Guerre mondiale que les restrictions apportées à la liberté de mouvement des hommes et, de façon générale, à leurs droits. Avant 1914, la terre avait appartenu à tous les hommes. Chacun...
gisti
22.05.2018 - 09:11

 

Projet de loi logement ELAN = DANGER ! (ELAN : Évolution du...

dal
18.05.2018 - 14:36
Session de 2 jours, le 17 mai 2018 - [Autres Formations]
gisti
17.05.2018 - 08:30
En France, nombre de personnes vivent aujourd'hui sur des terrains, dans des bidonvilles, des squats et d'autres formes d'habitat de fortune. Ces dernières années, l'expulsion de ces lieux de vie très précaires sans aucune proposition de relogement a été érigée en véritable politique publique. Ces...
gisti
14.05.2018 - 11:17
Plus de 40 000 personnes (un tiers des demandes d'asile) ont fait l'objet, en France, d'un placement en procédure « Dublin » en 2017 et ont été particulièrement maltraitées par l'administration : coupure de droits, assignation à résidence avec obligation de pointage quotidien, contrôle systématique...
gisti
14.05.2018 - 11:17
Projet de loi constitutionnelle pour une démocratie plus représentative, responsable et efficace présenté mercredi 9 mai 2018 en conseil des ministres Texte Dossier législatif Cet article sera probablement l'objet de plusieurs amendements. Article 73 de la constitution de 1958 Dans les départements...
gisti
10.05.2018 - 16:05

COMMUNIQUÉ Paris 8 mai 2018  

 

Jeudi 10 mai à partir de 14h30 :   Marche contre des hôtels...
dal
09.05.2018 - 12:39

COMMUNIQUÉ

Paris m. à j. le 19 avril 2018

 

Note sur le projet de loi ELAN : ...
dal
02.05.2018 - 16:27

Mercredi 11 avril, le comité DAL HLM des locataires Louis Calmel à Gennevilliers a manifesté devant le siège de leur bailleur IN’LI à La Défense.

Les locataires de ces immeubles de 182 logements, anciennement RRP, Résidences de Régions Parisiennes, ont appris le déconventionnement...

dal
27.04.2018 - 16:11

D'autres sites... d'autres luttes !

Associations
   ademonice - http://ademonice.free.fr/
   anafe - http://www.anafe.org/index.php
   prochoix - http://www.prochoix.org/cgi/blog/
   icare - http://www.icare.to/main.php?fr
   memorial98 - http://memorial98.over-blog.com/
   REFI - http://refi.over-blog.org
   syllepse - http://www.syllepse.net/
   Raslfront-Isère - http://www.raslfront-isere.org/blog/index-557584.html
   Collectif Justice et libertés - http://collectifjusticeetlibertes.blogspot.fr/
   Observatoire du confusionnisme politique - http://confusionnisme.info

Syndicats
   CGT Finances - http://www.finances.cgt.fr/
   fgte-cfdt - http://www.fgte-cfdt.org/
   sgen-cfdt - http://www.sgen-cfdt.org/actu/sommaire.php3
   snpespjj - http://snpespjj.fsu.fr/
   solidaires - http://solidaires.org/
   spasmet-meteo - http://spasmet-meteo.org/solidr/index.php
   Solidaires Finances Publiques- http://solidairesfinancespubliques.fr

International
   LabourNet.de Germany - http://www.labournet.de/
   trend onelinezeitung - http://www.trend.infopartisan.net/inhalt.html

Les archives de VISA


Le temps
où VISA
était en papier