Il appartient aux syndicats de porter les luttes contre le fascisme et l'idéologie d'extrême droite

Qui sommes nous ?

VISA est une association intersyndicale composée d’une cinquantaine de structures syndicales : la FSU et plusieurs de ses syndicats, l’Union Syndicale Solidaires et plusieurs de ses syndicats, des fédérations et des syndicats de la CGT, de la CFDT, de la CNT, de l’UNEF et le syndicat de la Magistrature.

Lire la suite...

 

En bref

... Vous avez encore des doutes ? Alors venez nombreux à Correns (83) le 31 janvier 2017 à 18h30 salle "la fraternelle" pour une soirée débat autour du film "La face cachée du nouveau Front National" et … vous ne serez pas déçus !    - Toujours la haine, toujours le mépris de la souffrance, toujours le refus de la fraternité, de la solidarité et de l’égalité entre tous les êtres humains.    - Refus de l’autre : Manifestation contre l’accueil des migrants dans les centres d’accueil (CAO) de Pierrefeu et de Tourves, Charte "Ma commune sans migrants".    - Mise à l’index des musulmans, des Roms, des étrangers fuyant les guerres, en leur reprochant d’abandonner leurs femmes et leurs enfants sous les bombes (1).    - Toujours le même programme : "la France aux Français".    Dans le Var, les mairies tenues par le FN, à Fréjus, Cogolin, Le Luc, agissent dans le...
"Syndicats aux ordres" ou "faites ce que je dis, pas ce que je fais" le drôle de point de vue des élus régionaux sur le syndicalisme. Suivre une plénière du Conseil régional, c'est long, plutôt rébarbatif, mais parfois instructif. Celle des 13 et 14 décembre 2016 nous a, en tous cas, éclairées-s sur la conception qu'ont certaines-s élues-s du mouvement social et des syndicats...   Le FN voudrait-il des syndicats à sa botte ? Depuis plusieurs années, la Région alloue des subventions à certaines confédérations syndicales. Comme toutes les subventions, ces dossiers sont instruits et contrôlés par des techniciens régionaux. Insuffisant pour le FN, qui souhaitait amender la délibération en ajoutant la phrase suivante : "le syndicat s'engage à respecter une totale neutralité politique et renonce à toute prise de position politico-électorale envers tous les partis politiques et leurs candidats. Si cette obligation n'est pas scrupuleusement...
Le SNUI-PP FSU a produit en ce mois d'avril un nouveau tract en 4 pages, pour expliquer pourquoi le FN est le pire ennemi de l'école publique !
Le collectif droits des femmes contre les extrêmes droites, dont VISA est membre, a sorti un tract à diffuser sans modération pour expliquer aux femmes que le FN est toujours leur ennemi !
Communiqué du SNJ-CGT, adhérent à VISA.   Les résultats du premier tour de la présidentielle mènent les classes populaires et le monde du travail dans une impasse. De lourdes menaces pèsent sur la démocratie et les droits des salariés. Marine Le Pen a recueilli 7,6 millions de voix, un score jamais atteint par le Front national, ce qui la qualifie pour le second tour. Les discours haineux, racistes, antisyndicaux et la préférence nationale sont aux antipodes des valeurs prônées par la CGT : fraternité, solidarité, justice sociale, égalité, paix.    La pseudo-dédiabolisation du FN et le prétendu virage social de ses propositions sont des leurres. En témoignent les revirements du FN sur la loi travail ou la retraite à 60 ans. Marine Le Pen a également lancé des attaques inacceptables contre les juges et les journalistes, notamment lorsqu’elle était mise en cause dans des affaires de détournement de fonds publics.  Le SNJ-CGT continuera à combattre sans relâche...
Dans un tract appelant à manifester contre la venue de Marine Le Pen le 19 avril à Marseille, les deux syndicats dénoncent le volet judiciaire du programme de la cheffe du Front National. Un exemple à suivre pour d'autres branches où l'appel nécessaire à faire barrage au Front National ne sera que renforcé par une dénonciation concrète de ses projets pour les salarié-e-s et/ou usagers concerné-e-s.

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander

 


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander

 


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS


Retrouvez VISA
sur Facebook

 

Des outils pour lutter
contre l'extrême droite

- Des livres

Les extrêmes droites en France
- édition Syllepse -
Par Jean Paul Gautier
 

 

Dictionnaire de l'extrême droite
- édition Larousse -
Collection "à présent"
 

 

Jacques Leclerq :
" dictionnaire de la mouvance droitiste
et nationale de 1945 à nos jours "

Michel Briganti, André Déchot et Jean-Paul Gautier
" LA GALAXIE DIEUDONNÉ "
Pour en finir avec les impostures.

Pour commander
Editions Syllepse

AUBE DORÉE. LE LIVRE NOIR DU PARTI NAZI GREC
Auteur: Psarras Dimitris

Pour commander
Editions Syllepse

- Des vidéos

"Aujourd'hui comme hier, combattre l'extrême droite"

Le documentaire "Aujourd’hui comme hier,
combattre l’extrême droite - Histoire croisée
du syndicalisme et de l’extrême droite"
a été réalisé par l'IHS-CGT, dans le cadre
de la campagne CGT-Solidaires-FSU-Unef-FIDL-UNL
« Combattre l’extrême droite, ses idées, ses pratiques »
initiée le 29 janvier 2014 à la Bourse du travail de Paris.
Ce documentaire de 11 minutes peut être utilisé dans
le cadre de formations, de débats, de réunions publiques
et permet de se réapproprier l'histoire de la lutte
antifasciste d'un point de vue syndical.

 

"LE FN aux affaires"

Une enquête menée dans deux villes du Var :
Fréjus et Cogolin, un an après les élections
municipales de 2014.

 

"Bassin miné"

un documentaire d’Edouard Mills-Affif,
qui suit la scène politique locale de Hénin-Beaumont
depuis plus de dix ans.

http://www.bassinmine.com/

Mains brunes sur la ville

Quand l’extrême droite est au pouvoir

MAINS BRUNES SUR LA VILLE – 90 min
Documentaire de Bernard Richard.

Pourquoi des citoyens accordent-ils leur confiance à l’extrême droite, et comment celle-ci se maintient-elle au pouvoir ?(doc tourné pendant la campagne des cantonales de 2011 à Orange et Bollène)

Pour organiser une projection : Tel : 06 25 52 76 74 - Mail : victor.fuvel@free.fr

Aube dorée, une affaire personnelle

Un doc sur le parti néonazi grec accessible gratuitement en ligne !
 

Le livre de Dīmī́trīs Psarrás 'Aube dorée: Le livre noir du parti nazi grec’ (éditions Syllepse), utile complément à ce documentaire peut être commandé (10 €) à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS.

Extrême(s) droite(s) contre l'éducation - Un 4 pages intersyndical

Dans le prolongement du stage Extrême(s) droite(s) contre l’éducation (Bourse du travail de Saint-Denis, mai 2016), les organisations à l’initiative de cette rencontre ont rédigé un argumentaire de 4 pages contre l’offensive des extrêmes droite sur l’école... Vous pouvez télécharger le.pdf qui se trouve au bas de l'article ou bien nous contacter pour commander des exempalires.

Connaître & comprendre pour mieux combattre... ensemble !

La progression du FN, la banalisation des discours « décomplexés » et sécuritaires rappellent les dangers qui pèsent sur la société et sur notre école.

Au fil des années, l’absence de réponse politique à « la Crise » a laissé le champ libre à des idéologies qui avancent souvent masquées, notamment dans l’Éducation !

En mai 2016, un premier stage intersyndical régional entendait répondre à l’urgent besoin, pour les personnels de toutes les catégories de l’Éducation publique, de se former pour mieux connaître les vrais visages des extrêmes droites dont l’histoire, les discours et les programmes sont en tous points éloignés des valeurs que nous défendons !

C’est une première étape qui en appelle d’autres, à commencer par ce document, issu des travaux engagés lors de ce stage et impulsé par cinq organisations syndicales et deux associations qui placent toutes l’éducation et la lutte contre

les idées réactionnaires au cœur de leur action.

Connaître, comprendre, analyser ce qui se joue aujourd’hui dans et autour de l’école, comme dans le reste de la société est une nécessité pour mieux combattre les régressions sociales et pédagogiques et contribuer à réactiver collectivement le projet d’une autre éducation : émancipatrice, égalitaire et démocratique. 

CGT éduc’action IdF – CNT-FTE RP – CNT-SO éducation RP – FSU IdF – Sud Éducation IdF – avec Visa et Questions de classe(s)

Leur école n’est pas la nôtre !

Ultralibérale un jour, super-dirigiste le lendemain, « laïcité » chevillée au corps le matin, débordant « d’héritage chrétien » le soir… le discours du FN, qui incarne les différentes sensibilités nationalistes, adopte depuis des années, sans vergogne et sans peur des contradictions, la stratégie du caméléon ou l’art populiste de dire fort ce que « l’autre » est susceptible de vouloir entendre. Et peu importe qu’on ait dit le contraire dans la phrase précédente.

L’éducation ne déroge pas à cet empilement d’incohérences, mais il est possible de dégager les grands axes d’un « projet éducatif » des extrêmes droites, aux antipodes de ce que devrait être l’école d’aujourd’hui !

Un projet éducatif périmé

Surfant sur de fausses évidences martelées par des polémistes peu scrupuleux d’exactitudes (Finkielkraut, Polony, Brighelli, etc.), ce projet « éducatif » se cons­truit avant tout en regardant en arrière, en cherchant dans un passé tronqué et revisité des modèles d’éducation. Ainsi, l’école idéale serait celle d’hier… voire d’avant-hier. Le bon temps du « Certif », lorsque les jeunes en blouses savaient rester à leur place en alignant les lignes de copie suivant le modèle d’un enseignant tout aussi sergent-major que les plumes utilisées pour écrire. Une école de la discipline, de l’obéissance et de l’ordre. Une école image d’Épinal idéalisée comme modèle d’une méritocratie républicaine que l’extrême droite de naguère vitupérait pourtant avec force car elle avait le tort d’être laïque et gratuite.

Mais l’histoire aime l’ironie. Ceux qui dénonçaient l’école comme trop « démocratique » deviennent aujourd’hui les fervents défenseurs d’une institution qui, au milieu du xxe siècle, excluait plus encore que celle d’aujourd’hui. Le lycée ne s’ouvrait qu’à une minorité, qu’à une élite sociale qui pouvait ainsi se reproduire en toute tranquillité. Les autres devaient se contenter d’un minimum éducatif rendu acceptable par le plein-emploi et les perspectives de promotions que ce dernier offrait sur le moyen terme.

Notre lutte est sociale, syndicale et pédagogique

Nous sommes aujourd’hui dans un tout autre contexte économique, culturel et technologique, avec des jeunes qui baignent dans des flux d’informations et de sollicitations contradictoires. La chasse aux papillons a fait place à celle aux Pokémon. Cela impose de prendre les élèves comme ils et elles sont, pas tel.le.s qu’on les imagine et de ne pas chercher dans le regret d’hier les recettes pour demain.

Et il ne suffit pas d’additionner les consternantes déclarations d’une dynastie de politiciens d’extrême droite pour faire un programme éducatif...

Qu’on ne s’y méprenne pas, chez les Le Pen, du grand-père à la petite fille, du beau-fils à la grande fille, on se permet de dire tout et son contraire afin de ratisser le plus large. L’idéalisation de l’éducation d’hier n’a pas d’autre objet que de dénoncer et discréditer celle d’aujourd’hui afin de lui administrer un remède absolu : la privatisation.

C’est le rêve d’officines liées à l’extrême droite (SOS éducation, Fondation pour l’école) : la fin du service public d’éducation par l’instauration du « Chèque éducation », véritable outil d’atomisation d’un système scolaire qui, bien qu’imparfait, reste le seul garant du « vivre ensemble ».

Aussi, en attendant et pour faire diversion, là où les acteurs et actrices de l’éducation regrettent les échecs de notre système et dénoncent le manque de moyens pour réellement le démocratiser… les extrêmes droites profitent du malaise et du manque d’investissement pour revendiquer des méthodes pédagogiques qui confinent au dressage en dénonçant syndicats, enseignantEs et pédagoguEs comme responsables des échecs. Seule solution : la mise en concurrence des systèmes, des écoles, des élèvEs, des enseignantEs… avec de plus grandes facilités pour les écoles privées et la mise à l’index de l’idéal d’une école pour toutes et tous !

Autorité, inégalités, identité... leurre programme !

Plus question d’émanciper l’ensemble des élèvEs, de les amener le plus loin possible. Dans un monde de compétition, il y a des « perdantEs » et des « gagnantEs », des « méritantEs » et des enfants « qui ne le sont pas »… et qu’importe que ce soit toujours les mêmes, il faut l’accepter comme une évidence, un fait naturel : il y a celles et ceux qui auraient certains dons et d’autres pas, il y a celles et ceux qui seraient « manuel-lE-s » et les autres « intellectuel-lE-s ».

L’école n’est dès lors plus qu’un instrument supplétif de l’économie nationale. Il faut de la rentabilité, un retour sur investissement rapide et dans cette logique, elle devient d’abord un coût.

Oublié le projet de société structurant. L’humanisme, même imparfaitement réalisé, d’une éducation émancipatrice, une Éducation nationale chargée de former des individus conscientEs des enjeux de la société dans laquelle ils et elles vivent ! Il faudrait « mériter » l’éducation que l’on reçoit et si cela ne convient pas, l’apprentissage sera là pour celles et ceux qui n’arrivent pas. Peu importent les raisons de leur échec. Peu importe que l’apprentissage n’ait jamais fait la démonstration de son efficacité. « Leur école » n’a plus pour but que d’être une antichambre de l’entreprise et du marché du travail. Succursale à formater des producteurs et des consommateurs obéissants pour une élite économique libre de se perpétuer au milieu de dynasties de politiciens inamovibles.

« Vous trouvez que l’éducation coûte cher ? Essayez l’ignorance ! » déclarait Abraham Lincoln à celles et ceux qui lui reprochaient de vouloir investir dans l’École. 150 ans après, sa phrase conserve toute son acuité.

La question est aujourd’hui de savoir si l’on peut encore avoir de l’ambition pour l’Éducation nationale. Si le savoir, la culture, l’esprit critique… restent ou non des piliers structurants de notre avenir et comment la pédagogie doit participer à cette construction. Évidemment pour nous la réponse est affirmative… même si cela n’a rien d’évident. Même si nos organisations continuent d’avoir des divergences sur certaines questions, sur certaines priorités, sur la lecture de certains faits… elles restent persuadées qu’il n’y a pas d’enfant perdu d’avance, que l’éducation, la culture sont les vecteurs de l’émancipation humaine. Persuadées aussi, que c’est en donnant plus de poids à l’éducation, à l’école, en faisant confiance aux enseignantEs et aux jeunes… que l’on pourra relever les défis démocratiques, économiques et écologiques dont l’urgence n’est plus à démontrer. 

Une obsession historique

Petite histoire de l’extrême droite contre l’école, de l’antisémite Drumont à Robert Ménard...

La mise au pas de l’école publique est une vieille obsession de l’extrême droite française. Depuis plus d’un siècle, elle éructe sa haine de l’égalité sociale ou entre les sexes et de la démocratisation de l’enseignement, prônant la sélection, la ségrégation et l’exclusion.

Dès la fin du XIXe siècle, l’antisémite Édouard Drumont avec son journal La Libre parole, mène campagne contre la « co-éducation des sexes » pratiquée par le pédagogue Paul Robin et obtient sa révocation.

Dans les années 1900, « l’Union des instituteurs patriotes » prend le relais et se mobilise contre les premiers syndicats d’instituteurs et d’institutrices en dénonçant une école « sans patrie » et décadente…

Dans l’entre-deux-guerres, le mouvement pour l’École unique cristallise les oppositions, et, en premier lieu celle de l’Action française de Maurras qui crée le Cercle Fustel-de-Coulanges pour combattre le « démocratisme » scolaire. Freinet fera les frais de ces enragés et sera poussé à la démission…

Le Régime de Vichy s’inspire directement du programme du Cercle Fustel-de Coulange que fréquenta Pétain. Les enseignantEs sont les premières cibles de l’État français qui, en quelques mois, instaure un programme revanchard de « rééducation nationale », interdisant les syndicats, bâillonnant les éléments « subversifs », supprimant les Écoles normales (ces « séminaires malfaisants de la démocratie »), finançant à parité le public et le privé et raccrochant les crucifix aux murs des écoles.

La Guerre d’Algérie réactive cette haine : sept directeurs des Centres sociaux et éducatifs créés par Germaine Tillion sont exécutés par l’OAS et la bibliothèque universitaire d’Alger est incendiée…

À partir de la fin des années soixante, des officines d’extrême droite, comme le Grece, visent la conquête d’une hégémonie culturelle. Leur combat se veut idéologique et lexical, les termes « égalitarisme », « droit-de-l’hommisme » « sociologisme » ou « pédagogisme » sont martelés dans les débats et les médias. Le « collège unique » focalise les attaques qui commencent à dépasser les seuls cercles extrémistes.

Le FN rêve alors de s’implanter dans la société civile et crée, en 1987, le Cercle national de l’enseignement qui deviendra, sous l’impulsion des mégrétistes, le Mouvement pour une éducation nationale (MEN), pseudo-syndicat et association de parents d’élèves. Les enseignantEs, considérés par Jean-Marie Le Pen comme des « crassouillards fumeurs de shit », sont jugéEs responsables de la décadence de la société.

Pour l’héritière Marine Le Pen, ils et elles deviennent un public à séduire et conquérir. C’est l’objectif du Collectif Racine, initié par Florian Philippot. Son projet est de « Redresser les corps, redresser les esprits pour redresser la nation ». Leur nostalgie d’une école de la République fantasmée n’empêche pas les liens avec les milieux intégristes catholiques, dont certaines figures participent Collectif Racine.

Quant aux complotistes de la Journée de retrait de l’école (JRE) alliés aux réseaux d’Alain Soral et aux traditionalistes partisans des écoles privées hors contrats proches de la Manif pour tous, ils se sont retrouvés à Béziers, en mai 2016, à l’invitation de Robert Ménard, rêvant tout haut de « passer l’école de Mai 68 au kärcher ». Leur haine de l’égalité et de la démocratie reste intacte… 

Une rhétorique conspirationniste

À l’ère d’Internet, du buzz, des blogs et des réseaux sociaux, l’extrême droite dispose aujourd’hui d’un vaste relais qui utilise la désinformation, les peurs, les préjugés, le sensationnalisme et toute une pseudo-pensée complotiste à des fins réactionnaires.

YouTubers isolés, mouvements organisés, voire partis politiques, tous se présentent comme des « antisystèmes éclairés » prétendant dévoiler au grand jour les vérités cachées et les « machinations secrètes » fomentées par d’imaginaires groupes d’individus qui dirigeraient le monde et seraient à l’origine de chaque événement : complot sioniste ou homosexuel, secte illuminati, ordre franc-maçon…

Par exemple, l’école aurait selon eux pour ambition secrète d’apprendre la masturbation aux enfants, de travestir les garçons ; manuels scolaires et professeurEs d’Histoire mentiraient afin de dissimuler un « complot juif » ; parallèlement, un « grand remplacement » serait en cours pour islamiser silencieusement la « civilisation » occidentale…

Par le recours à la propagation de rumeurs virales en tous genres, qui se répandent instantanément et se renouvellent sans cesse sur la toile, cette complosphère procède à une réécriture permanente de l’Histoire et de l’actualité afin d’alimenter, sous couvert de « liberté d’expression », des idées xénophobes, racistes, sexistes et homophobes.

Ainsi, face à la complexité du monde et en s’appuyant sur une défiance légitime vis-à-vis des médias et des discours officiels, cette propagande qui rencontre une large audience stérilise toute pensée réellement critique et nous amène à nous interroger sur notre rapport au savoir. C’est donc aussi une véritable éducation aux médias et un combat pédagogique qu’il faut mener pour armer l’école et la jeunesse contre tous ces mercenaires du néofascisme 2.0. 

Ces réseaux à l’assaut de l’école publique

C’est une véritable « nébuleuse » réactionnaire qui investit aujourd’hui le champ médiatique pour y distiller son « anti-égalitarisme » et se lamenter de la « dégénérescence » de l’école et de la civilisation. Elle rassemble trois grandes familles de pensée qui s’opposent parfois, se recoupent aussi et s’allient au gré des circonstances.

Il y a d’abord la droite identitaire, autoritaire, élitiste. Ennemie de l’égalité et de la démocratie, elle considère l’école comme l’instrument du « Grand remplacement » et occupe le paysage médiatique (et pas seulement sur le Net...) pour mieux instaurer son hé­gé­­monie culturelle.

Le second pôle, c’est celui des catholiques traditionalistes qui voient dans l’ultra-libéralisme un levier pour promouvoir un enseignement religieux libéré de tout contrôle (SOS éducation, Radio Courtoisie, la Fondation pour l’école, Civitas, etc.). Partisans du « Chèque éducation », ils considèrent toujours l’enseignement public comme l’ennemi à abattre, l’école « du diable » aux mains des « socialo-communistes ». On les a vu à l’œuvre avec la Manif pour tous, la mobilisation contre l’enseignement visant à déconstruire les stéréotypes de genre à l’école (JRE, vigi-gender, etc.), mais aussi à travers l’ouverture d’écoles hors contrat (Espérance Banlieues : uniformes, salut au drapeau, etc.).

Enfin, le troisième courant, c’est celui du national-républicanisme : l’école y est au cœur d’un projet politique qui entend dépasser les clivages gauche / droite autour de la souveraineté nationale et du redressement du pays.

En 2013, le FN lance son cercle « d’enseignants patriotes » (le Collectif Racine). Si la plupart de ses animateurs sont issus du souverainisme, tout comme Florian Philippot, le promoteur de l’ancrage du FN dans la société civile, les parcours sont multiples... Et leur rêve est de fédérer la nébuleuse réactionnaire. 

L’école laboratoire de la rééducation frontiste

Depuis mars 2014, environ 453 000 personnes vivent en France dans une municipalité d’extrême droite. Onze mairies sont gérées par le FN, ou par un maire élu avec le soutien du FN. Quatre autres communes sont dirigées par la Ligue du Sud, petit parti d’extrême droite présidé par l’ex-FN Jacques Bompard. Se servir des mairies conquises en mars 2014 comme des vitrines pour démontrer la capacité « à gouverner » et préparer 2017, tel est le projet du FN, en évitant les scandales et les actes susceptibles de créer trop de mauvaises publicités.

En ce qui concerne ce projet de gestion « soft », c’est raté : « chassez le naturel, il revient au galop ».

Les possibilités d’intervention des maires sur l’école, son fonctionnement, ses programmes sont limitées, alors ils se rabattent sur la culture, le périscolaire et l’accompagnement social qui permet aux élèves vivant dans la précarité de suivre leur scolarité dans des conditions de vie décente ; et bien sûr, en attaquant les syndicalistEs enseignantEs et les associations de parents d’élèves qui organisent la résistance.

À cela s’ajoute l’infecte finalité du programme de l’extrême droite, « la préférence nationale », que ces maires ne peuvent pas encore mettre en pratique, mais dont ils développent, insidieusement, la perspective par leurs déclarations et leurs décisions discriminatoires. Les quelques exemples suivants, parmi beaucoup d’autres, en sont l’illustration.

À Béziers, la municipalité s’est illustrée en réservant la participation aux activités périscolaires aux seuls enfants dont il est prouvé qu’un des deux parents travaille. À cela, s’ajoute la suppression de l’étude surveillée du matin, remplacée par un simple accueil.

Contre les gens du voyage, le maire de Cogolin a rédigé ce communiqué abject : « À l’occasion de l’arrivée importante de gens du voyage, la mairie demande aux résidents de rester vigilant et de signaler à la police municipale tout comportement suspect ». Le maire s’oppose à la présentation d’une danse orientale au Gala des Associations : « S’ils veulent vivre comme en Orient, les frontières sont ouvertes »,

À Hayange, le maire, Engelmann éructe : « La danse orientale est incompatible avec le Front National ». À Fréjus, le maire met fin à la subvention du Centre Social de Villeneuve. Au Pontet, le maire FN décide de la fin de la gratuité des cantines scolaires pour les enfants issus de familles démunies.

Le maire de Beaucaire, dans une tribune aux relents racistes publiée sur un site du FN, stigmatise les enfants issus de l’immigration qu’il est, à son grand regret, obligé d’inscrire dans les écoles de « sa » ville. Il parle ainsi de 22 enfants (sur les 16 000 habitantEs de la commune) et les désigne à la vindicte populaire : « ces élèves, pour la plupart originaires du Maghreb et/ou de nationalité espagnole grâce à l’Europe passoire et laxiste en matière de naturalisation et de droit du sol. »

À Marseille, Stéphane Ravier et ses acolytes du FN dans une même logique discriminatoire votent contre les subventions de la dizaine de centres sociaux de la ville ou contre la réhabilitation de l’école de la Busserine. Face à cela, les parents et les enseignantEs refusent la venue des élus FN, le conseil d’école est suspendu et le maire, Stéphane Ravier déclare vouloir éradiquer les « métastases rouges du quartier ». Ce qui en dit long sur la nature fascisante du FN et l’arnaque de sa « dédiabolisation ». Les enseignantEs du Lycée Paul-Langevin à Beaucaire l’ont expérimentée, quand, ayant refusé de serrer la main du maire, ils et elles se sont fait insulter dans la presse : « Syndicalistes sans éducation, privilégiés, aigris et sectaires dont le comportement n’a rien à envier à celui des racailles. »

Tous ces exemples doivent nous conforter dans notre volonté d’informer sur les pratiques totalitaires et violemment discriminatoires des mairies d’extrême droite afin de se mobiliser, tou-te-s ensemble, enseignantEs, éducateurs et éducatrices, parents d’élèves et syndicalistEs, avec celles et ceux qui subissent et résistent à l’inacceptable.

Fichier attachéTaille
4_pages.pdf2.36 Mo

Brochure 2016 - Face au FN et à toute l'extrême droite, réponses et ripostes syndicales !
 

Parce qu'il est toujours nécessaire d'apporter des réponses syndicales face au FN et à toute l'extrême droite, VISA publie mi septembre un petit fascicule / argumentaire.

Vendu 2 euros, il sera disponible sur notre stand au village du livre de la fête de l'Humanité du 9 au 11 septembre et sur commande en écrivant, avec un chèque de règlement, à notre siège, 80-82 rue de Montreuil 75011 Paris.

Cet argumentaire est destiné aux militant-e-s syndicaux pour qu'ils puissent répondre encore plus facilement, exemples à l'appui, aux salarié-e-s qui se trompent de colère en s'apprêtant à voter FN en 2017.

Face à la montée régulière des scores électoraux du FN et contre la « lepénisation » des esprits, les postures morales sont aujourd'hui insuffisantes.

Il faut sans relâche contre argumenter les prises de positions « économiques et sociales »  du parti fasciste qu'est toujours le FN, illustrer par la mémoire des faits la continuité idéologique du FN assise sur le racisme, l'autoritarisme et le nationalisme, dénoncer les fausses solutions « nationales-sociales » préconisées par le FN, opposer aux slogans réducteurs du FN des analyses certes plus complexes mais néanmoins évidentes à comprendre et à faire comprendre.

Ce fascicule ne prétend pas apporter des réponses clefs en main à toutes les incursions de l'extrême droite sur le terrain social. C'est une boite à outils, un recueil d'expériences, un encouragement au travail syndical unitaire, un vaccin contre la résignation, un instrument pour le travail de proximité avec les salarié-e-s.

On y trouve l'analyse du positionnement du Fn sur la Loi travail, qui montre bien que ce parti va à l'encontre des intérêts des salarié-e-s. Un long chapitre est consacré aux orientations du Fn en matière d' Education Nationale, son dernier terrain de chasse. Dans la continuité du livre « Lumière sur mairies brunes », publié par VISA en 2015, la gestion municipale des villes gérées par l'extrême droite est passée au peigne fin, sur la période du premier semestre 2016. Et puisque les présidentielles 2017 sont dans le viseur des cadres du Fn, les premières annonces du programme électoral du parti fasciste sont décortiquées et assorties de réponses syndicales. Les analyser et les déconstruire sont essentiels dans l'intérêt des salarié-e-s, ce doit être une des priorités du mouvement syndical.

Mais ne perdons pas de vue que l'extrême droite aurait forcément moins d'audience si la situation économique et sociale était moins sclérosée par la crise du capitalisme financier et par le libéralisme arrogant.

Si le combat contre le fascisme doit être politique, syndical et associatif, il passe aussi par les mobilisations du monde du travail contre les politiques d'austérité et par la lutte contre les injustices.

Enfin, ce fascicule est illustré par les dernières affiches de VISA, à commander gratuitement et sans modération par mel : assovisabis@gmail.com

Passez commande dès maintenant en l'adressant par courrier et avec le chèque à : 

VISA 80-82 rue de Montreuil 75011 PARIS 

Tarif dégressif :€ jusqu'à 100 exemplaires, 1,50 € au delà. 

Notre premier livre « Le FN au travail » est toujours disponible au prix de 5 €. Relatant la période 1995 – 2002, il est malheureusement toujours d’actualité.

Notre brochure 2012 « Contre le programme du FN, un argumentaire syndical » est également toujours en vente.
Par contre, celle de 2010 « FN, le pire ennemi des salarié-es » est épuisée.
Vous pouvez également toujours commander " Barrage syndical antifasciste " paru en 2014.

 

Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes - 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Les brochures de VISA

Cliquez sur une brochure pour voir les conditions de commande.

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

 

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous contacter...

Les formations
proposées par VISA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"droites extrêmes" Blog Le Monde

Pas question de changer de méthode, même si la justice a décidé de s’en mêler. Le système des kits de campagne mis en place pour les élections législatives de 2012, qui se trouve au cœur de l’enquête judiciaire qui vaut au Front national d’être renvoyé en tant que personne...

08.05.2017 - 18:43

Des militants d’Action française lors du défilé en l’honneur de Jeanne-d’Arc, en 2013. MIGUEL MEDINA / AFP

C’est devenu un rendez-vous incontournable du petit milieu militant parisien. Chaque vendredi en fin d’après midi, l...

03.05.2017 - 15:22

Fil d'informations RESF

La préfecture continue de refuser la résolution humaine de la question des femmes congolaises de l'Aisne. Elle leur refuse la protection à laquelle ces femmes ont droit. Nous souhaitons une nouvelle mobilisation citoyenne pour empêcher l'expulsion de Nesca.
23.06.2017 - 10:33
Da Costa MALONGUE, père de famille, ne doit pas être expulsé de France vers l'Angola et séparé de manière inhumaine de sa conjointe et de ses 2 enfants ! Monsieur le Préfet de Paris, Monsieur le Préfet de la Somme, Je, soussigné(e), sollicite de votre bienveillance pour que Monsieur Da Costa...
22.06.2017 - 20:23
Menacées d'expulsion, les Femmes congolaises de l'Aisne s'organisent. Elles reçoivent d'appui de parents d'élèves, de professeurs, de féministes... Elle participent à des réunions, s'interrogent et s'inquiètent sur le sort de leurs enfants. Des stratégies de survie sont mises en place, avec la...
21.06.2017 - 16:57
Collectif de soutien à Mamadou Barry Grenoble : le 20 juin 2017 À l'appel de plusieurs collectifs et associations, nous nous sommes rassemblés ce matin à plus d'une cinquantaine, devant la préfecture de l'Isère en soutien à Mamadou Barry. Résidant depuis plusieurs années en France, il s'est vu...
21.06.2017 - 05:37
20.06.2017 - 21:18
Alexander, 20 ans est scolarisé en 1ière année CAP Agent de Propreté et d'Hygiène au lycée professionnel Flora Tristan à Camblanes et Meynac. Depuis son entrée en formation en décembre 2016, il n'a cessé de progresser dans les apprentissages. C'est un élève assidu et très volontaire. Il a appris le...
20.06.2017 - 21:27
APPEL à FAX MAIL pour éviter l'expulsion programmée de France de M. Barry le 20 juin 2017 Mamadou Barry est arrivé en France, il y a 3 ans, fuyant la République de Guinée, où sa vie était alors en danger. Débouté de sa demande d'asile, M. Barry a depuis essayé par tous les moyens de rester vivre en...
19.06.2017 - 17:59
Avec Yves Colman (RESF 75) Michèle Françoit (RESF Lyon) et Brigitte Espuche (Migreurop) 1 – Intro et hommage à Ana Verissimo avec Yves Colman – RESF 75 Notre amie et camarade Ana Verissimo, militante du RESF 75, mais aussi de la LDH, élue à la mairie du 18ème nous a quitté dimanche 11 Yves Colman...
17.06.2017 - 14:24
Ce sont de jeunes enfants – parfois des nourrissons - ou des adolescents. Ils sont privés de liberté, surveillés par des policiers, enfermés derrière un grillage… Dans des prisons qui ne disent pas leur nom : les centres de rétention administrative. Leur crime ? Avoir des parents étrangers dont les...
16.06.2017 - 22:07
8 juin Lyon Djellil, mineur ivoirien, envoyé au CRA Saint Exupéry après une 2ème convocation à la PAF, il avait passé des tests osseux il y a 3 semaines. Il est soupçonné d'avoir fraudé sur son âge. Djelil, venu de Côte d'Ivoire, est un rescapé de la route si dangereuse par la Libye où il a connu...
16.06.2017 - 22:38

DAL, GISTI, LDH, LOPPSI, dailleursnoussommesdici...

Tous les jours des exilés, femmes et hommes, fuyant guerres, violences, dictatures, misère…, traversent la Méditerranée. Beaucoup y meurent. Les autres espèrent pouvoir trouver asile en Europe. Certains cherchent à venir en France. Mais celles et ceux qui arrivent à Vintimille sont bloqués, la...
gisti
26.06.2017 - 12:30

COMMUNIQUE Paris le 23 juin  – 14h

SIMON, militant de DAL Paris et environs est convoqué en “garde à vue” Mardi 27 juin au commissariat, 27 Bd Bourdon 75004 M° Bastille ou Quai de la Rapée Rassemblement de soutien sur place, à partir de 10h

Simon L....

dal
23.06.2017 - 18:56
Ce camp dit humanitaire, ouvert en novembre 2016 à l'initiative de la mairie de Paris et géré par Emmaüs solidarité, mis en avant comme vitrine de l'accueil des réfugiés cache une toute autre réalité. Hier, mercredi 21 juin, aux alentours de 7h, l'ouverture du centre dit de « premier accueil » s'...
gisti
22.06.2017 - 09:04
Session de 2 jours, le 22 juin 2017 - [Autres Formations]
gisti
22.06.2017 - 08:30
Contre l’expulsion de la Cité de l’air à Athis-Mons*, les habitants ont décidé aujourd’hui d’organiser un rassemblement demain jeudi 22 juin 2017 à 16h à la sous-préfecture de Palaiseau Avenue du Général de Gaulle 91125 Palaiseau Cedex

*voir...

dal
21.06.2017 - 17:51

COMMUNIQUÉ Paris mardi 20 juin 2017

ATHIS-MONS (91), CITÉ DE L’AIR 200 personnes menacées d’expulsion les prochains jours POINT PRESSE et rencontre avec les...
dal
20.06.2017 - 14:23
« Chacun est appelé à venir sur le Canal de l'Ourcq à La Rotonde, pour fabriquer avec d'autres son bateau de papier et à venir le lâcher sur le canal… Nous sommes tous potentiellement un migrant, un exilé qui aura peut-être un jour besoin d ‘une main tendue. Nous l'avons été dans le passé et aux...
gisti
20.06.2017 - 14:00
Plus de 200 organisations, des très connues à des micro-collectifs dans des villages, lancent un appel public inter-associatif à Emmanuel Macron, Edouard Philippe et Gérard Collomb pour que le gouvernement change radicalement sa politique migratoire. Elles réclament l'organisation d'une conférence...
gisti
20.06.2017 - 10:18

 

...

dal
16.06.2017 - 22:13
À JOUR des deux dernières réformes législatives importantes – la loi du 29 juillet 2015 sur l'asile et la loi du 7 mars 2016 sur le droit des étrangers –, cet ouvrage vise à offrir une information claire et accessible sur l'état de la réglementation en vigueur, particulièrement touffue et complexe...
gisti
16.06.2017 - 11:56
[ NE PAS CONFONDRE, avec le concert « Liberté de circulation » du 5 juin 2017 au Trianon, Paris ]CHLOÉ LACAN LOST feat. Camélia Jordana Billets en vente : 18 € tarif plein / 15 € tarif réduit www.lestroisbaudets.com Chloé Lacan / Ménage à Trois / Le trio est polymorphe et passe d'un instrument à l'...
gisti
15.06.2017 - 19:00

COMMUNIQUE Paris le 15 juin 2017   

Incendie meurtrier à LONDRES : c’est toujours les mêmes qui meurent dans les incendies !

Droit Au Logement, syndicat de mal logés, de sans logis et de locataires en France fait part de sa tristesse, de sa solidarité...

dal
15.06.2017 - 15:40
« Collusion avec les passeurs », création d'« un facteur d'attraction », « mise en danger des personnes en migration » : depuis plusieurs mois, les ONG intervenant en Méditerranée pour sauver des vies font l'objet d'attaques et de diffamation de la part de la justice italienne, de l'agence...
gisti
14.06.2017 - 09:19

COMMUNIQUÉ

Paris le 13 juin 2017 18h30

 

Une mère de famille handicapée et ses trois enfants, prioritaires DALO, expulsés sans relogement à Argenteuil ! L’Etat hors la loi,...
dal
14.06.2017 - 08:12
Diverses associations de défense des droits ont souhaité réagir à la vidéo « Eurodame help ! », produite par l'asociation Européens sans frontières et diffusée par le réseau de cinémas MK2 en France, et qui présente à tort et de façon infantilisante une Europe salvatrice et accueillante envers les...
gisti
13.06.2017 - 11:57
Session de 5 jours 35H, le 12 juin 2017 - [Autres Formations]
gisti
12.06.2017 - 08:30
Petit déjeuner de La campagne Un toit pour apprendre !!! RDV Jeudi 8 juin à partir de 8h00 devant le Collège Fermat.

Face au grand nombre de familles remises à la rue ou...

dal
07.06.2017 - 15:57
Démantèlement des campements et prise en charge des exilés Calais – Stalingrad (Paris) - Défenseur des droits
gisti
07.06.2017 - 15:34
À la frontière franco-italienne, les locaux de la police aux frontières (PAF) des Alpes-Maritimes, situés à Menton pont Saint-Louis, sont utilisés par le préfet du département pour enfermer illégalement les personnes migrantes avant de les refouler en Italie. Le tribunal administratif de Nice a été...
gisti
07.06.2017 - 09:23

COMMUNIQUÉ Paris le 6 juin  2017 18h30

  1 – DALO : la ville de Paris doit respecter la loi ! 2 –  Le guichet central des demandeurs HLM ferme le 9 juin  Point presse mercredi 7 juin à 11h parvis de l’hôtel de ville (question posée au...
dal
06.06.2017 - 21:31

D'autres sites... d'autres luttes !

Associations
   ademonice - http://ademonice.free.fr/
   anafe - http://www.anafe.org/index.php
   prochoix - http://www.prochoix.org/cgi/blog/
   icare - http://www.icare.to/main.php?fr
   memorial98 - http://memorial98.over-blog.com/
   REFI - http://refi.over-blog.org
   syllepse - http://www.syllepse.net/
   Raslfront-Isère - http://www.raslfront-isere.org/blog/index-557584.html
   Collectif Justice et libertés - http://collectifjusticeetlibertes.blogspot.fr/
   Observatoire du confusionnisme politique - http://confusionnisme.info

Syndicats
   CGT Finances - http://www.finances.cgt.fr/
   fgte-cfdt - http://www.fgte-cfdt.org/
   sgen-cfdt - http://www.sgen-cfdt.org/actu/sommaire.php3
   snpespjj - http://snpespjj.fsu.fr/
   solidaires - http://solidaires.org/
   spasmet-meteo - http://spasmet-meteo.org/solidr/index.php
   Solidaires Finances Publiques- http://solidairesfinancespubliques.fr

International
   LabourNet.de Germany - http://www.labournet.de/
   trend onelinezeitung - http://www.trend.infopartisan.net/inhalt.html

Les archives de VISA


Le temps
où VISA
était en papier