Il appartient aux syndicats de porter les luttes contre le fascisme et l'idéologie d'extrême droite

Qui sommes nous ?

VISA est une association intersyndicale composée d’une cinquantaine de structures syndicales : la FSU et plusieurs de ses syndicats, l’Union Syndicale Solidaires et plusieurs de ses syndicats, des fédérations et des syndicats de la CGT, de la CFDT, de la CNT, de l’UNEF et le syndicat de la Magistrature.

Lire la suite...

 

En bref

Le collectif droits des femmes contre les extrêmes droites, dont VISA est membre, a sorti un tract à diffuser sans modération pour expliquer aux femmes que le FN est toujours leur ennemi !
Dans un tract appelant à manifester contre la venue de Marine Le Pen le 19 avril à Marseille, les deux syndicats dénoncent le volet judiciaire du programme de la cheffe du Front National. Un exemple à suivre pour d'autres branches où l'appel nécessaire à faire barrage au Front National ne sera que renforcé par une dénonciation concrète de ses projets pour les salarié-e-s et/ou usagers concerné-e-s.
À Charlottesville (Virginie), samedi 12 août, Heather Heyer, militante antiraciste, est morte, écrasée par un assassin néo-nazi, en manifestant contre le rassemblement “Unite The Right” organisé par l’extrême droite qui voulait honorer la mémoire d’un esclavagiste, le général Lee.  Ce meurtre d’aujourd’hui n’est pas isolé, c’est le dernier d’une longue liste d’agressions et crimes fascistes aux Etats-Unis, comme dans le reste du monde et notamment en Europe (France, Grèce, Espagne). Ce meurtre a suscité l’indignation quasi-générale, comme en France où même le FN, en quête de respectabilité, a été obligé de prendre ses distances avec le président Trump qui renvoie dos à dos néo-nazis et militant-es antiracistes, après en avoir fait un modèle.  Mais au-delà de ces condamnations morales de ce qui s’est passé « outre Atlantique » et qui serait « incompréhensible vu d’ici »,...
Le Syndicat National des Journalistes (SNJ), première organisation de la profession, tient à apporter son total soutien à Julie Hainaut. Cette journaliste subit depuis le 12 septembre un torrent de menaces et d’injures immondes, suite à la publication d’un article critique sur un bar dans l’hebdomadaire lyonnais Le Petit Bulletin.   Sous le titre « Lyon : une pute à nègres féministe veut détruire un bar à rhum ''colonialiste'', mobilisation ! », un organe qui se qualifie lui-même de « site le plus raciste de la fachosphère » n’hésite pas à la traiter de « femelle négrophile » ou de « hyène terroriste » avant de s’en prendre à la « vaginocratie négrophile », de demander l’adresse de cette consœur - une menace lourde de sens - et d’appeler à inonder son mail et son compte twitter.   Admettre qu’une journaliste professionnelle, qui n’a fait que son...
  La CGT 34 et l'UL de Beziers, avec Solidaires et FSU 34 viennent de lancer, avec les organisations féministes locales, une pétition appelant le préfet à retirer les affiches violentes et sexistes placardées partout par Robert Menard. Il semble en effet très important de construire un rapport de force en partant des habitant.es et salarié.es de Beziers et de sa région.   La répression va être rude, surtout pour la camarade de Beziers, il est donc essentiel que cette pétition fasse un tabac.   Une mise à jour ser faite au fur et à mesure pour annoncer les soutiens d'organisations ou d’élu.es.   Merci de signer et de diffuser cette pétition en cliquant ici

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander

 


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander

 


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Des affiches à télécharger
ou à commander


Ces affiches sont à télécharger
(pour insertion 
dans des journaux syndicaux, par exemple)
ou à commander gratuitement 

à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS


Retrouvez VISA
sur Facebook

 

Des outils pour lutter
contre l'extrême droite

- Des livres

Les extrêmes droites en France
- édition Syllepse -
Par Jean Paul Gautier
 

 

Dictionnaire de l'extrême droite
- édition Larousse -
Collection "à présent"
 

 

Jacques Leclerq :
" dictionnaire de la mouvance droitiste
et nationale de 1945 à nos jours "

Michel Briganti, André Déchot et Jean-Paul Gautier
" LA GALAXIE DIEUDONNÉ "
Pour en finir avec les impostures.

Pour commander
Editions Syllepse

AUBE DORÉE. LE LIVRE NOIR DU PARTI NAZI GREC
Auteur: Psarras Dimitris

Pour commander
Editions Syllepse

- Des vidéos

"Aujourd'hui comme hier, combattre l'extrême droite"

Le documentaire "Aujourd’hui comme hier,
combattre l’extrême droite - Histoire croisée
du syndicalisme et de l’extrême droite"
a été réalisé par l'IHS-CGT, dans le cadre
de la campagne CGT-Solidaires-FSU-Unef-FIDL-UNL
« Combattre l’extrême droite, ses idées, ses pratiques »
initiée le 29 janvier 2014 à la Bourse du travail de Paris.
Ce documentaire de 11 minutes peut être utilisé dans
le cadre de formations, de débats, de réunions publiques
et permet de se réapproprier l'histoire de la lutte
antifasciste d'un point de vue syndical.

 

"LE FN aux affaires"

Une enquête menée dans deux villes du Var :
Fréjus et Cogolin, un an après les élections
municipales de 2014.

 

"Bassin miné"

un documentaire d’Edouard Mills-Affif,
qui suit la scène politique locale de Hénin-Beaumont
depuis plus de dix ans.

http://www.bassinmine.com/

Mains brunes sur la ville

Quand l’extrême droite est au pouvoir

MAINS BRUNES SUR LA VILLE – 90 min
Documentaire de Bernard Richard.

Pourquoi des citoyens accordent-ils leur confiance à l’extrême droite, et comment celle-ci se maintient-elle au pouvoir ?(doc tourné pendant la campagne des cantonales de 2011 à Orange et Bollène)

Pour organiser une projection : Tel : 06 25 52 76 74 - Mail : victor.fuvel@free.fr

Aube dorée, une affaire personnelle

Un doc sur le parti néonazi grec accessible gratuitement en ligne !
 

Le livre de Dīmī́trīs Psarrás 'Aube dorée: Le livre noir du parti nazi grec’ (éditions Syllepse), utile complément à ce documentaire peut être commandé (10 €) à VISA 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS.

Autriche : L'extrême droite réussit à faire annuler une élection présidentielle, qu'elle avait perdue d'un cheveu

 

Elu, le nouveau président fédéral autrichien ne prêtera pas serment. Une course de vitesse avait été engagée entre les institutions et les soutiens du président élu, d’un côté, et l’extrême droite de l’autre. C'est cette derniére qui a gagné, pour le moment. Alors que le nouveau président fédéral devait entrer en fonction le 08 juillet, son élection a été invalidée par la Cour constitutionnelle (VfGH) autrichienne, vendredi 1er juillet.

Le scrutin devra être refait à l'automne, et aura lieu le 02 octobre prochain. Détail piquant : l'Autriche fera appel à des observateurs électoraux de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) pour surveiller le prochain scrutin, en tout cas dans le 14 cantons sur 117 dans lesquels il vient d'être invalidé, essentiellement pour des erreurs de procédure. Ce qui donne, pour reprendre la formulation d'un journal allemand du samedi 02 juillet, un petit « air de République bananière » à la chose.

 

L'extrême droite peut triompher, au moins provisoirement. Celle-ci avait contestée la validité du scrutin présidentiel, dont le premier tour s’est tenu le 24 avril 2016 et le second, le 22 mai dernier. Son candidat, Norbert Hofer, âge de 45 ans, avait perdu d’un cheveu : 49,7 % des voix et 31.000 voix d’écart au total avec le vainqueur de l’élection, Alexander Van der Bellen, 72 ans.

L'action en contestation introduite par le FPÖ (« Parti de la liberté d’Autriche »), le principal parti de l’extrême droite du pays, a été couronnée de succès. Principal motif d’annulation : des enveloppes enfermant des votes par correspondance, qui représentent traditionnellement une masse de suffrages importante en Autriche, avaient été ouvertes trop tôt. Selon la réglementation en vigueur, ces enveloppes ne doivent être ouvertes que le lundi suivant le dimanche électoral. Ici, elles l’avaient été dès le dimanche.

Ainsi, environ 30.000 enveloppes auraient été ouvertes trop tôt, le 22 mai dernier. Par ailleurs, 58.374 votes par correspondance auraient été décomptés par des personnes n’ayant pas compétence pour le faire, selon la législation. Concrètement, le décompte a été fait par des employé-e-s administratif des municipalités, qui n'ont aucune compétence légale en la matière et qui, souvent, n'avaient été ni encadrés ni formés. La raison de cet état de fait réside dans la faible indemnisation des scrutateurs officiels, envoyés par les partis politiques : un observateur ou une observatrice officiel-le ne touche que 45 euros d'indemnités par journée électorale entière. Pour ce motif, les représentant-e-s des partis politiques se reposent souvent, en fin de journée d'un dimanche électoral, sur les membres de l'administration locale. Les représentant-e-s du FPÖ, parti d'extrême droite, avaient eux-mêmes procédé ainsi et signé, la plupart du temps, le procès-verbal validant le déroulé du scrutin. Ce qui n'a pas empêché leur parti, au final, après la défaite, de déposer un mémoire en contestation lour de 152 pages, et d'attaquer les résultats dans 94 sur 117...

Il s’agit là, bien entendu, plus d’erreur formelles (dans le cadre d’un système électoral relativement compliqué) que de manipulations volontaires. Or, vu l’importance du nombre de votes par correspondance – au total, il y en avait 750.000 pour l’élection présidentielle, c’est-à-dire 14 % des voix au total – cela pouvait motiver une invalidation. Et le nombre de votes invalidés (78.000) est supérieur à l’écart de suffrages entre les deux candidats qui ont participé au second tour, l'écart étant de 31.000 voix. Après avoir entendu 63 témoins du déroulement du scrutin, la Cour constitutionnelle a ainsi prononcé son invalidation.

 

Une campagne tendue en perspective

En attendant le nouveau scrutin à l'automne prochain, l'Autriche sera provisoirement présidé par les trois co-présidents de l'Assemblée nationale... dont fait partie Norbert Hofer lui-même, le candidat du FPÖ à l'élection présidentielle. De la manière, il exerce déjà provisoirement la fonction, en partie. Son parti va, à n'en pas douter, utiliser à profit l'argument selon lequel il aurait fait « triompher la démocratie » (dixit son chef Heinz-Christian Strache le 1er juillet), et qu'il aurait été désvantagé par le déroulement du scrutin précédent, voir qu'il aurait été victime de « manipulations électorales ».
Il n'est pas certain qu'il sera entendu, sur cet aspect, parce que si des erreurs formelles ont été démontrées, strictement aucune manipulation des résultats n'a été prouvée. Mais on doit se préparer à une campagne électorale qui sera très tendue, « chaude ». Et pour peu que le nombre de réfugié-e-s arrivant en Autriche (qui a fortement diminué en mai/juin 2016) augmente à nouveau, par les routes de migrant-e-s traversant les Balkans ou la Méditerranée puis l'Italie, le FPÖ axera sa campagne à nouveau sur la prétendue « invasion migratoire ».

 

Le scrutin d'avril et mai 2016

Ce qui est d'ores et déjà certain, ec’est que l’élection du président fédéral en Autriche 2016 aura été bien plus passionnante qu’en d’autres années.

A partir du soir du 22 mai dernier, on ignorait pendant presque 24 heures le nom du vainqueur qui allait entrer à la Hofburg, cet ancien palais impérial des jours de la monarchie austro-hongroise transformé en résidence présidentielle. Sur la base des seuls votes exprimés dans les urnes (pour lesquels Norbert Hofer avait une légère avance), et sur fond d’un pronostic portant sur les votes par correspondance, les deux candidats arrivaient à 50 % chacun pendant une journée entière. (Traditionnellement, les électeurs et électrices qui votent par correspondance donnent moins de voix à l’extrême droite que les autres. Une sociologie différente – les votes par correspondance étaient surtout utilisés en milieu urbain et instruit, dans les grandes villes – explique cet écart.)

Ensuite, bien évidemment, c’est l’appartenance à l’un des deux rivaux à l’extrême droite du pays qui faisait de ce scrutin un réel « challenge » pour toutes les autres forces politiques implantées en Autriche.

D’un côté, Alexander van der Bellen, ancien membre du Parti social-démocrate d’Autriche (SPÖ) dans les années 1980 puis élu des Verts de 1994 à 2012, se présentait en candidat « indépendant », bien que sa campagne ait été financée par le parti écologiste. Professeur d’université en matière d’économie, il est d’orientation socio-économique assez libérale, et bien trop centriste du point de vue de nombreux et nombreuses écologistes.
Ainsi censé rassurer le centre-gauche et le centre-droit, il devenait de fait le porte-parole de ces derniers avant le second tour. Le candidat du SPÖ tout comme celui du parti chrétien-démocrate et conservateur ÖVP (« Parti du peuple autrichien ») avaient fini chacun, au second tour, à seulement 11 pour cent des voix. Ce vote constituait une sanction terrible pour les deux partis qui se partagent le pouvoir depuis des décennies, avec une interruption seulement entre 2000 et 2006, alors que l’ÖVP avait choisi de gouverner avec l’extrême droite, alors dirigée par feu Jörg Haider, ce dernier ayant fait scission en 2005 puis étant mort dans un accident de voiture en octobre 2008.

 

72 % du vote ouvrier

Toujours est-il que les deux grands partis n’avaient pas émis une consigne de vote claire, nette et sans bavures pour Alexander van der Bellen avant le second tour. Loin s’en faut. Bien que le nouveau chef du gouvernement Christian Kern (SPÖ), un ancien manager des Chemins de fer d’Autriche – ÖBB – et réputé plutôt technocrate, qui a remplacé au pied levé l’ancien chancelier Werner Faymann le 09 mai 2016, ait déclaré qu’ « à titre personnel, il votera clairement pour Alexander van der Bellen ». Toujours est-il que son parti, le SPÖ, est autant divisé sur ses rapports avec l’extrême que l’ÖVP, à droite.

 

Une des particularités de la situation autrichienne est que la social-démocratie locale a gouverné l’Etat-région (Land) de Carinthie ensemble avec Jörg Haider de 2004 jusqu’à sa mort, et qu’elle est alliée avec le FPÖ au gouvernement régional de la région Burgenland – frontalière avec la Hongrie – depuis juin 2015. Une partie des syndicats autrichiens, notamment pour des motifs liés à une demande de protectionnisme économique et social, à la fois contre la concurrence internationale et contre l’immigration du travail, souhaite et soutient une telle alliance. 72 % des ouvriers de production autrichiens auraient d’ailleurs, selon la chaîne de télévision publique autrichienne, voté pour le FPÖ au premier tour du 22 avril…

 

Un ancien étudiant pangermaniste

De l’autre côté de la barre, on trouve donc Norbert Hofer. L’homme est souriant et a l’habitude de maîtriser ses émotions. Après avoir été hospitalisé pendant un an suite à un accident de parapente, en 2003, il a appris à être patient. Mais il est tout sauf un modéré, et même pas un arriviste de la politique. Norbert Hofer, 45 ans, est un idéologue, un vrai. Il faut partie de principaux cadres du FPÖ (FPOe) ou « Parti de la liberté d’Autriche », ce parti d’extrême droite auquel il appartient depuis son adolescence.

 

Dimanche 24 avril 2016, il a réalisé un score de plus de 35 % à l’échelle du pays. C’est dans sa ville natale de Pinkafeld, dans la région du Burgenland, que Hofer était arrivé à la politique, recruté par un professeur qui appartenant au milieu deutschnational (pangermaniste). Un milieu compact composé de membres des Burschenschaften ou corporations étudiantes d’extrême droite et portant les armes – elles organisent des duels à l’épée - ; un milieu plutôt anticlérical dans une région majoritairement catholique, et dont une partie cache mal ses affinités avec le nazisme historique et actuel A 23 ans, Norbert Hofer est ensuite allé faire de la politique à l’échelle régionale puis nationale, attiré par l’ascension de Jörg Haider, chef du FPÖ depuis 1986 et jusqu’à la scission en 2005. Mais il a toujours gardé ses instances avec lui : Jörg Haider était trop flambeur à ses yeux, pas assez solide dans ses convictions, pas assez ferme idéologiquement. Même si, ce qui paraît paradoxal à première vue (seulement), Hofer a aussi été l’un des artisans du lissage récent du profil du FPÖ, d’une stratégie de « dédiabolisation » - comme dirait Marine Le Pen – à l’autrichienne. Cette dernière consistant surtout à bannir l’antisémitisme affiché, mais aussi le racisme trop ouvert, au profil d’avertissements contre un « islam conquérant » et une pseudo-laïcité (alors que l’Etat autrichien n’est pas laïque).

 

Ce n’est donc pas une mince affaire si Norbert Hofer, un dur de cette extrême droite autrichienne, a gagné la première place au premier tour de l’élection présidentielle fédérale. Tout en perdant au second tour… qui risque aujourd’hui d’être annulé.

 

Une fonction pas uniquement honorifique

Certes, le président fédéral autrichien n’a que des pouvoirs limités, comparé à son homologue français ; son rôle est en général plutôt protocolaire, surtout si le président et le chef de la majorité parlementaire sont issus du même camp politique. Le vrai pouvoir politique est concentré entre les mains du chancelier, chef du gouvernement issu de la majorité à la chambre. Mais à la différence de son homologue allemand, qui n’a réellement qu’un rôle symbolique, le président fédéral autrichien peut au moins faire et défaire des gouvernements. Le candidat Hofer avait annoncé qu’il pourrait limoger le gouvernement actuel – composé d’une « Grande Coalition » entre SPÖ et ÖVP – « s’il travaille mal », et provoquer des élections anticipées. Dans le climat actuel, le FPÖ serait assuré de dépasser les 30 % lors de telles législatives anticipés, en gagnant environ 10 % des suffrages.

 

Discours sur l’immigration

La politique d’immigration a fait l’objet des débats pendant une grande partie de la campagne électorale. L’Autriche, qui avait jusqu’ici surtout été un pays de passage vers l’Allemagne et la Scandinavie – pour des migrants et migrantes en provenance du Moyen-Orient passés par les Balkans -, ne voit plus beaucoup de réfugié-e-s arriver par l’Est, puisque la « route des Balkans » a été fermé par les clôtures et barbelés plantés aux frontières de la Macédoine, de la Hongrie ou encore de la Bulgarie. Or, dans l’attente d’un nouvel afflux de migrants et migrantes venant de Libye qui passeraient par l’Italie et iraient vers l’Europe du Nord, le gouvernement autrichien a annoncé le 12 avril qu’elle barricadait sa frontière , en restaurant des contrôles d’identité à sa frontière d’Italie. La construction d’une clôture autour du col du Brenner a alors commencé ; elle devait alors être terminée « au plus tard en juin prochain ». Or, comme le nombre d’arrivées de migrant-e-s et réfugié-e-s sur le sol autrichien est en chute libre, la construction de la clôture a ensuite été suspendue au mois de mai. Elle l’est toujours actuellement, ce qui n’empêchera pas de nouvelles poussées des discours et des actes anti-migrants si jamais le nombre d’arrivées augmentait à nouveau.

 

L’absence d’une alternative sociale et progressiste crédible, en Autriche, constitue cependant le mal principal qui nourrit le vote d’extrême droite.

Fichier attachéTaille
article présidentielles Autriche juin 2016.pdf383.29 Ko

En septembre 2015, VISA publiait le 1er tome de « Lumière sur mairies brunes ». Il recensait tous les faits et méfaits de la 1ère année de l’extrême droite aux pouvoirs dans les villes qu’elle occupe. Pendant les deux années suivantes, VISA a poursuivi ce travail de « mémoire ».

Pour mettre en pleine lumière les origines véritablement fascistes du Fn et de toute l’extrême droite, rien ne vaut un recensement exhaustif, méticuleux et daté.

Ce deuxième tome « lumière sur mairies brunes » couvre donc la période allant de juin 2015 à juin 2017. Il regorge d’informations sur les pratiques municipales plus ou moins radicales de l’extrême droite et illustre ainsi tous les reculs sociaux qu’elle provoque lorsqu'elle exerce le pouvoir.

« Lumière sur mairies brunes », c'est 236 pages et autant d'arguments contre l'extrême droite.

Passez commande en l'adressant par courrier avec le chèque à : VISA 80-82 rue de Montreuil 75011 PARIS
Merci d'indiquer votre nom, adresse et téléphone.

Pour calculer le montant de votre commande avec les frais de port, consulter le tableau en fin d'article. Livraison gratuite sur Paris - Ile de France et PACA.

Il faut veiller à ce que le combat contre l'extrême droite ne passe pas après les luttes syndicales au prétexte qu'elle a été battue aux présidentielles et qu'elle n'a obtenue «que» 9 députés.

Il faut continuer de lutter, sans relâche et avec la même force, contre les politiques libérales, notre adversaire qui fait aussi monter le FN, et contre le fascisme, notre ennemi historique.

 

Vigilance et Initiatives Syndicales Antifascistes - 80/82 rue de Montreuil - 75011 PARIS

Les brochures de VISA

Cliquez sur une brochure pour voir les conditions de commande.

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

Epuisé mais téléchargeable
ci-dessus

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour nous contacter...

Les formations
proposées par VISA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

"droites extrêmes" Blog Le Monde

Le virage sur l’aile est serré. Un peu moins de deux ans après les élections régionales de 2015, Olivier Bettati, qui menait la liste Front national dans les Alpes-Maritimes, assure aujourd’hui qu’il n’était à l’époque… qu’une « tête de liste divers droite » pour le...

09.11.2017 - 12:40

Fil d'informations RESF

Après une manifestation devant la préfecture mercredi, les lycéens de Jean-Macé ont organisé un nouveau rassemblement, ce midi, place de la Mairie à Rennes, pour soutenir un élève de seconde, Giorgi, dont les parents sont menacés d'expulsion. Distribution de tracts, assemblée générale,...
17.11.2017 - 18:51
La ville connaît une situation sans précédent avec la présence d'un millier de mineurs La Métropole de Lyon n'avait jamais connu un tel afflux de jeunes étrangers. Un millier depuis le début de l'année contre 600 en 2016 et 350 en 2014. Une cinquantaine passe la nuit dans ce qui est communément...
17.11.2017 - 16:01
Le prochain parrainage dans le 11ème arrondissement se déroulera le mardi 5 décembre 2017 à 18h30.
17.11.2017 - 16:18
17.11.2017 - 16:29
11 h. Invitation à une conférence de presse dans les locaux de Médecins du Monde, 5 rue d'Elbeuf 76100 Rouen , autour de la journée des Droits de l'enfant
17.11.2017 - 15:08
Parrainage de Jeunes Isolés et soirée de solidarité du COJIE (Collectif Jeunes isolés Etrangers ) 108 rue de Bourgogne à partir de 18h.
17.11.2017 - 15:13
Appel à une mobilisation nationale et samarienne, ce lundi 20 novembre 2017 à partir de 17h,
17.11.2017 - 15:43
Rassemblement et point d'information 15h Place des Terreaux
17.11.2017 - 14:11
Rassemblement 12 et 14 h, à proximité du Conseil Départemental
17.11.2017 - 14:34
Rassemblement à 17h devant le conseil départemental.
17.11.2017 - 14:41

DAL, GISTI, LDH, LOPPSI, dailleursnoussommesdici...

Colloque à l'initiative de l'Observatoire de l'enfermement des étrangers, en partenariat avec la LDH Bretagne, le MRAP et le festival Migrant'scène de La Cimade Les politiques d'enfermement et d'expulsion des personnes étrangères conduites par les gouvernements successifs se sont considérablement...
gisti
25.11.2017 - 09:00
Session de 2 jours, le 22 novembre 2017 - [Autres Formations]
gisti
22.11.2017 - 09:30
A l'occasion de la journée internationale des droits de l'enfant, les organisations réunies au sein du collectif « Justice pour les jeunes isolés étrangers » ont appelé tous les groupes citoyens, associations, personnels de l'Aide sociale à l'enfance, syndicats et militants à se mobiliser aux côtés...
gisti
20.11.2017 - 11:00
Cette note présente les principales conditions d'accès à ce qu'on appelle la « Sécu » ou les « droits sécu », droits qui se matérialisent généralement par la délivrance d'une « carte Vitale » et qui permettent une prise en charge financière ou un remboursement des frais de soins. En termes...
gisti
17.11.2017 - 16:45
IntroductionI. Mais à quoi servent les juges ?
  • Le renoncement des juridictions suprêmes, Karine Parrot
  • Justice des étrangers, justice au rabais, Patrick Henriot et Danièle Lochak
  • Outre-mer, outre-droit : le cas...
gisti
17.11.2017 - 16:49
A l'occasion de la journée internationale des droits de l'enfant, les organisations réunies au sein du collectif « Justice pour les jeunes isolés étrangers » appellent tous les groupes citoyens, associations, personnels de l'Aide sociale à l'enfance, syndicats et militants à se mobiliser aux côtés...
gisti
14.11.2017 - 10:52
Ce 15 novembre, se tiendra au Palais de justice de Bruxelles le procès de six personnes jugées pour avoir exprimé leur indignation face à une expulsion violente par avion. Le 16 août 2016, à bord d'un vol au départ de Belgique et à destination du Cameroun, les passager⋅e⋅s assistent à une scène...
gisti
13.11.2017 - 11:30
Session de 5 jours 35H, le 13 novembre 2017 - [Autres Formations]
gisti
13.11.2017 - 09:30

http://housingnotprofit.org/

 

Contre le pouvoir de la finance dans le logement et dans...

dal
10.11.2017 - 12:32
Incapables d'accueillir dignement les personnes en quête de protection internationale, les États membres de l'Union européenne rejettent leurs responsabilités sur des pays toujours plus lointains, sommés de bloquer les candidats à la migration à leurs frontières. Cette politique d'externalisation...
gisti
10.11.2017 - 11:27

 

2 ANS APRES L’ASSAUT ANTITERRORISTE AU 48 RUE DE LA REPUBLIQUE A ST DENIS, LE SCANDALE CONTINUE: ...
dal
09.11.2017 - 17:29
 

 

Suivre la mobilisation et signer la pétition : www.halemfrance.org   ...
dal
07.11.2017 - 12:51

Communiqué de Presse Paris, le 3 novembre

 

Les députés votent la baisse des APL, le collectif Vive l’APL appelle à poursuivre le combat.

Le Collectif Vive l’APL a...

dal
05.11.2017 - 17:34
La création d'un dispositif dérogatoire au droit commun pour les personnes étrangères n'est jamais une bonne nouvelle, a fortiori lorsqu'il vise des enfants. Déjà, depuis 2013, et encore plus depuis la réforme législative de 2016, le droit commun de la protection de l'enfance est écorné par un...
gisti
03.11.2017 - 16:12
établissant la liste des points de passage frontaliers aériens français Entrée...
gisti
02.11.2017 - 15:37

COMMUNIQUE Paris le 1er novembre 2017  

Expulsions locatives : c’est la trêve !  2017 : beaucoup de dégâts humains …

 

Avec l’arrivée de la trêve hivernale, (du 1er novembre au 31 mars), des...

dal
01.11.2017 - 20:45
Le 26 octobre 2017, l'Anafé, La Cimade et le Gisti ont déposé devant le Conseil d'Etat un recours en annulation assorti d'un référé suspension contre la décision des autorités françaises de prolonger les contrôles aux frontières intérieures de l'espace Schengen jusqu'au 30 avril 2018. En effet, le...
gisti
31.10.2017 - 16:18
Le 26 octobre 2017, l'Anafé, La Cimade et le Gisti ont demandé au juge des référés du Conseil d'État de suspendre en urgence la décision des autorités françaises de prolonger les contrôles aux frontières intérieures jusqu'au 30 avril 2018. Le rétablissement des contrôles aux frontières intérieures...
gisti
31.10.2017 - 16:41
Le matin du 22 octobre 2017, l'exposition Egalité Trahie, installée Place de Verdun à Grenoble depuis le 7 octobre, a été retrouvée saccagée. Réinstallée le 28 avec l'aide d'habitants, les organisateurs ont déploré de nouvelles dégradations le lundi 30 octobre. Les organisations de la plateforme «...
gisti
31.10.2017 - 15:08
Le Gisti signe cette pétition lancée par le mouvement citoyen briançonnais « Tous migrants ». Nous vous invitons à faire de même : Organisations associatives et syndicales (nationales, régionales et locales) , organisations politiques, Parlementaires et Élus territoriaux : écrivez à tousmigrants@...
gisti
30.10.2017 - 13:35

D'autres sites... d'autres luttes !

Associations
   ademonice - http://ademonice.free.fr/
   anafe - http://www.anafe.org/index.php
   prochoix - http://www.prochoix.org/cgi/blog/
   icare - http://www.icare.to/main.php?fr
   memorial98 - http://memorial98.over-blog.com/
   REFI - http://refi.over-blog.org
   syllepse - http://www.syllepse.net/
   Raslfront-Isère - http://www.raslfront-isere.org/blog/index-557584.html
   Collectif Justice et libertés - http://collectifjusticeetlibertes.blogspot.fr/
   Observatoire du confusionnisme politique - http://confusionnisme.info

Syndicats
   CGT Finances - http://www.finances.cgt.fr/
   fgte-cfdt - http://www.fgte-cfdt.org/
   sgen-cfdt - http://www.sgen-cfdt.org/actu/sommaire.php3
   snpespjj - http://snpespjj.fsu.fr/
   solidaires - http://solidaires.org/
   spasmet-meteo - http://spasmet-meteo.org/solidr/index.php
   Solidaires Finances Publiques- http://solidairesfinancespubliques.fr

International
   LabourNet.de Germany - http://www.labournet.de/
   trend onelinezeitung - http://www.trend.infopartisan.net/inhalt.html

Les archives de VISA


Le temps
où VISA
était en papier